#1781 10-04-2021 12:54:04

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 571
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

a propos de Russie ................. voici Eduard Latypov a Samara , sa ville natale, entretenir les spectateurs  avant le match Krylja Sovetov vs Dinamo Moscou
https://www.youtube.com/watch?v=X6iPb8P28aU&t=3s
------------
BLOOPER PARTY 2020/21 : https://youtu.be/1gloXJHrNvU

Dernière modification par ilcanzese (11-04-2021 14:41:03)

Hors ligne

#1782 12-04-2021 16:29:06

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 571
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

une LONGUE interview de Patrick Oberegger (responsable du tir de l'équipe féminine norvégienne )  a biathlon ITALIA avec google translate et GC
-------------

Depuis son arrivée à la barre de l’équipe, le biathlon féminin norvégien n’a cessé de croître en résultats. Des six podiums de la saison 2017/18, le dernier avec Patrick Oberegger toujours à la tête de l’équipe nationale italienne, il est passé à 12 en 2018/19, puis à 25 en 2019/20 jusqu’à 33 de la saison 2020/21. La dernière a été une année triomphale pour l’équipe norvégienne entraînée par l’entraîneur italien. Tiril Eckhoff a remporté 13 courses de la saison, touchant le record de 14 qui appartient à Forsberg, est venu la victoire du général de la Coupe du Monde avec Eckhoff devant Røiseland, des coupes de spécialité sprint et poursuite toujours avec Eckhoff devant Røiseland, lasurprise de la Mass Start Cup s’est terminée à Tandrevold et bien sûr le succès en Coupe des Nations. Aux Championnats du monde de Pokljuka, deux médailles d’or et une de bronze pour Eckhoff ainsi qu’une médaille d’argent et une de bronze pour Tandrevoldsont arrivées au niveau individuel, plus le succès au relais, dans ce cas grâce également à un solide essai de Lien. Le tout sans tenir compte aussi des excellents résultats obtenus par les relais mixtes. Patrick Oberegger est très estimé en Norvège, tout scepticisme à l’idée de s’appuyer sur un technicien étranger a disparu grâce aux résultats et à la gratitude envers lui que les athlètes féminines manifestent souvent publiquement, en particulier Tiril Eckhoff.

Nous le contactons ensuite pour entendre ses impressions sur la saison dernière, alors qu’il est encore en Norvège, ne pas être en mesure de venir en Italie en raison des restrictions pour l’urgence covid. De la chaleur de sa maison, tandis qu’à l’extérieur de la fenêtre vient une chute de neige abondante qui blanchit Oslo même en avril, Oberegger nous parle de cette belle mais aussi stressante saison.
Bonjour Oberegger.
La saison a été pleine de satisfaction pour vous, mais j’aimerais tout d’abord parler d’un autre aspect, celui des nouvelles auxquelles vous avez été confrontés en raison de la pandémie. De ce point de vue, quelle saison a-t-elle été?
« Certainement très intense d’un point de vue mental. Surtout pour moi, qui ne sont rentrés en Italie toute la saison que pour cinq jours, juste pour régler quelques formalités administratives. Je me suis donc concentré uniquement sur le travail. Si dans les autres saisons au sein de notre équipe nous avions déjà l’habitude de travailler en étroite collaboration, cette année nous l’avons fait encore plus, parce qu’ici aussi il y a tellement de limites, donc les athlètes eux-mêmes ont eu peu d’occasions d’avoir des contacts sociaux avec les autres. Même lors des réunions, nous étions toujours enfermés à l’intérieur de l’hôtel sans aucun contact avec l’extérieur. Ça a été comme ça tout l’hiver. C’était difficile pour les athlètes, mais aussi pour nous les entraîneurs, car nous aussi nous aurions besoin de temps libre pour nous déconnecter, prendre une bière avec des gens d’autres équipes aussi et parler d’autres sujets qui ne sont pas nécessairement le biathlon. Cette saison, cependant, notre vie n’a été qu’un hôtel et un stade. En fin de compte, c’était un peu lourd pour nous et pour les athlètes. Heureusement ces dernières années, il a essayé une belle relation au sein de l’équipe aussi parmi nous techniciens, une belle amitié est née avec Siegfried Mazet. J’espère toutefois que la saison prochaine sera différente parce que nous nous sommes adaptés à cette situation qui nous enlève la qualité de vie. Et j’ai aussi eu de la chance, nous avons tous de la chance en biathlon parce qu’au moins nous pouvons faire du sport à l’extérieur et nous pourrions aussi travailler. À cet égard aussi, si tout s’était arrêté, cela aurait été un problème pour nos athlètes, qui ne font pas partie des corps militaires et ne peuvent gagner de l’argent que par l’entremise de commanditaires ou de prix. Personne ici ne serait sûr de son salaire tous les mois sans concourir. Nous avons donc eu beaucoup de chance de pouvoir faire notre travail. Dans une saison comme celle-ci, sans la capacité d’interagir avec le monde extérieur, je suppose que la création d’un grand environnement au sein de l’équipe était encore plus fondamentale.


« Sans aucun doute. Quand nous avons fait la réunion à Lavazè, nous ne pouvions pas interagir avec d’autres personnes ou sortir de l’hôtel au-delà de la formation. Nous avons donc organisé différents moments pour être ensemble, comme le karaoké, les quiz du soir, les défis entre les entraîneurs et les athlètes. Sturla ( Lægreid, n’est-ce pas) joue de la guitare, alors nous l’avons utilisé pour des quiz musicaux, il a joué et les équipes ont dû deviner la chanson. Même pendant l’hiver, il n’y avait jamais un manque de table pour jouer aux cartes. L’organisation de ces moments aide, sinon tout le monde est verrouillé au téléphone. Au lieu de cela, il est agréable de créer un environnement uni, même avec les skieurs. Bien sûr, tout cela fait dans le respect des règles à suivre parce que la sécurité est fondamentale ».
L’année dernière nous avons quitté les journalistes   en parlant de la réaction d’Eckhoff à une Coupe du Monde qui lui avait échappé d’un souffle. Honnêtement, après les deux premières courses à Kontiolahti, je pensais qu’elle ne s’était pas remise de la raclée de l’année précédente, au lieu de cela à partir de la deuxième semaine, c’était une marche triomphale. Comment a-t-il fait ?
« Elle a réussi à apporter à la course ce que nous avons fait à l’entraînement, ce qui était loin d’être anodin. Probablement la finale de la saison dernière l’avait un peu conditionnée au premier tour, aussi parce qu’elle s’était retrouvée en compétition immédiatement à l’endroit où elle avait quitté la Coupe du monde quelques mois plus tôt. Au fil des ans Tiril a accumulé quelques mauvais souvenirs liés à certains endroits et chaque fois qu’elle a besoin de les mettre derrière elle. Par le passé, c’était Hochfilzen pour la déception de la Coupe du Monde 2017. Puis une fois qu’il gagne et conquiert ce polygone et ce stade, il le laisse derrière lui et regarde vers l’avant. A Kontiolahti, c’était peut-être le point culminant de sa saison, parce qu’après ces deux courses, nous avons parlé pendant longtemps en essayant de trouver un moyen de sortir des problèmes mis en évidence. Déjà dans le sprint de la deuxième semaine, bien que ne gagnant pas, elle a vu une amélioration et est revenue à croire en elle-même. Puis avec la victoire dans la poursuite, elle a tout mis derrière elle. Mais il y avait aussi un autre aspect qui l’avait conditionnée dans le premier week-end.


« Je suppose que vous avez tous appris sur Tiril. C’est une fille qui aime la socialité, être en compagnie des gens. Quand nous sommes arrivés en Finlande, elle a été choquée par la situation, chaque athlète devait être seule dans sa chambre. Aussi nous, à l’équipe nationale norvégienne n’étaient pas très satisfaits de l’organisation de cette première semaine, nous ne nous sentions pas très en sécurité. Donc, nous avons toujours séjourné pour manger dans la chambre, ne jamais sortir. Cette situation l’avait envoyée en difficulté, il était difficile pour elle d’être seule dans la salle, de ne pas rencontrer les autres, de ne pas avoir un moment de socialité. Les doutes sur les difficultés du polygone de l’année précédente ont également été ajoutés aux problèmes covid. Mais quand nous en avons parlé, nous avons été en mesure de redresser la question, nous l’avions axée sur les choses importantes. Elle l’a fait, s’est déverrouillée et de là son train est parti, a commencé à voyager et ne s’est jamais arrêté.
Cette année, Eckhoff a été vraiment dominante, a augmenté ses
pourcentages encore plus loin et a trouvé encore plus de continuité. Qu’est-ce qui a changé?
« Les pourcentages au tir  sont le résultat du travail qu’il a accompli au cours des trois dernières années. Il a toujours progressivement augmenté de niveau, en prenant un petit pas dans la première année, parce que tout d’abord il a dû trouver le bon feeling. Le Tir n’est pas quelque chose que vous pouvez réglé  du jour au lendemain. Elle a aussi commencé à croire beaucoup en elle-même, en ses capacités et vous voyez. Ces choses les faisaient déjà de plus en plus souvent à l’entraînement. Mais la dernière étape a été la plus difficile, les répéter avec la même continuité, même dans la course. Vous savez, il y a beaucoup de champions à l’entraînement, mais dans la course c’est autre chose, parce que vous vous retrouvez à vivre des situations que vous ne pouvez pas reproduire loin des compétitions et de s’entraîner, vous devez être capable de s’adapter aux situations que vous trouvez, les accepter, les défier. Sa sécurité lui a permis de faire face à ces situations différemment. Vous pouvez le voir de ses yeux avant une compétition ou un polygone. Peut-être même pas vous pouvez expliquer pleinement ce changement. Qu’avez-vous dit quand Nove Mesto a mathématiquement remporté le classement général de la Coupe du monde ?


« Après la course, je suis allé la chercher au stade parce qu’elle devait effectuer le contrôle antidopage. Quand elle est monté dans le bus, elle a lancé un cri. Ce n’est pas une chose Tiril, du moins pas en ce moment, parce qu’il n’a plus les sautes d’humeur du passé, ses nombreux va-et-vient. Même quand les choses tournent mal, il y pense beaucoup, mais il ne se jette pas. Analyser la situation et comment résoudre le problème. Même quand c’est bon, il n’en fait pas trop pour s’exciter plus. À cet égard aussi, il est plus constant. De cette façon, si les choses tournent mal, il est beaucoup plus facile le lendemain de partir de zéro et de vous tirer vers le haut, parce qu’une course a mal tourné pas une saison entière. Dans ce cas, cependant, elle s’est laissé aller à ce cri. La seule chose que je vous ai dit, c’est que sans ce polygone de l’année dernière, cette déception vécue à Kontiolahti, aujourd’hui vous ne profiteriez pas de cette victoire si profondément. Quand nous sommes revenus à l’hôtel, nous avons presque immédiatement eu une réunion avec toutes les filles, comme vous le faites toujours pour parler de la course. Je suis allé l’appeler dans la chambre et je l’ai trouvée sur le lit en train de pleurer comme une petite fille. À ce moment-là, il a dû débloquer tout en elle, parce qu’à son arrivée, elle n’avait même pas remarqué qu’elle avait gagné la Coupe du Monde. Nous n’avions pas fait de calculs, parce que nous avions dit que nous ne les ferais qu’à la veille de la dernière étape. Elle a seulement découvert qu’elle avait gagné la coupe quand elle a été interviewée après la course. Il a ensuite tout accompli par la suite. Ces larmes étaient belles, parce que je pense que la Coupe du monde est la meilleure pour chaque athlète, car cela signifie être constamment le meilleur toute la saison, pas seulement dans une course comme la Coupe du monde.
L’autre côté de la médaille est Mars
Olsbu Røiseland. Elle visait également la Coupe du Monde, mais dans la seconde moitié de la saison, elle a été clairement battue par Eckhoff. Certains pensent que c’est un peu une déception de la saison. Que pensez-vous de votre millésime ?
« C’est la même chose que tant de gens disent sur Johannes Bø, mais personne ne regarde la constance mars a eu toute la saison. Allons voir combien de top 10 il a fait. Honnêtement, moi en tant qu’entraîneur ne peut être heureux avec sa saison parce que s’il n’avait pas gagné Tiril, la coupe serait allé à Mars. Mon but était précisément qu’une Norvégienne gagne la coupe. Tous deux méritaient cette satisfaction, même après ce qu’ils avaient fait la saison dernière. Cette année Tiril avait quelque chose de plus, il était imbattable, bien que Mars a réussi à tirer mieux que l’an dernier. Je dois admettre, cependant, qu’après la pause de Noël, ce n’était pas le Mars habituel, d’autant plus que la deuxième semaine oberhof il semblait qu’il lui manquait quelque chose, ce qui a influencé toute sa performance un peu. Peut-être qu’il a payé trop cher pour gagner le classement général, comme je pense que Hanna öberg l’a fait aussi. Mars a probablement trop réfléchi à ce dossard jaune, quelque chose qui peut emporter beaucoup d’énergie au cours de la saison. En ce sens Tiril était plus calme, elle était entrée dans l’ambiance de bien faire course par course, consciente qu’alors le général serait la conséquence logique de tout cela. Mais au-delà de cela, Mars a eu une saison extraordinaire, d’une constance impressionnante. En fin de compte, quand il a vu qu’il n’était plus possible de gagner la coupe, il n’a toujours pas abandonné, il voulait que nous gagnons au moins une course et il l’a fait. C’était important pour elle d’être la meilleure à nouveau. Comment va la relation entre les deux ?
« Ce qui m’a le

plus plu, c’est de voir le respect entre ces deux filles. Même s’ils se battaient pour les mêmes objectifs et avaient des ambitions égales, hors de la piste, ils étaient toujours respectueux les uns des autres, ils avaient un dialogue constant toujours dans les bonnes tonalités. Ensuite, sur la piste, vous êtes rivaux et c’est vrai. Aucun d’entre eux n’a jamais sauté un relais ou fait quoi que ce soit qui pourrait créer des discussions dans l’équipe, en effet leur attitude a contribué à créer un groupe et mieux insérer les deux jeunes Lien et Knotten. Ils ont mis de côté leurs intérêts personnels pour le bien de l’équipe. J’ai adoré cela et même en ce sens Mars était très bon, elle a accepté que Tiril avait plus qu’elle cette année ». Nous parlons aussi de Tandrevold, un autre athlète qui s’est confirmé en croissance, malgré cette frayeur à Oberhof, remportant même la coupe de la spécialité de mass start.


« J’ai beaucoup parlé à Ingrid ces derniers jours en donnant le rapport de la saison. Je lui ai dit que dans l’attitude elle est très similaire à Dorothée (Wierer, nd), parce qu’elle est si impulsive et sortante. Parfois, elle a tendance à parler avant même de penser, elle est chaude, elle a un fort tempérament. Je lui ai aussi dit qu’elle avait l’air presque italienne (rires, n.ed). Nous parlons d’une athlète encore jeune, qui n’a que 24 ans, mais déjà depuis plusieurs saisons, elle a toujours été là dans le top 10. Cette année, il a connu des hausses et des bas comme toujours, également liés à la santé, mais il a eu la capacité constante de toujours sortir de problèmes plus forts qu’avant. Quand c’était important, nous avons vu la meilleure Ingrid de la saison en pourcentages et en forme. Il a encore 24 ans et il a un long chemin à parcourir. Les bas et les bas font partie de la croissance d’une jeune athlète, bien qu’elle ne veuille pas l’entendre. Elle est très déterminée, avec des idées claires et parfois sa tête est un peu trop chaude pour ce que le biathlon demande, quand elle voit et sent la chance d’obtenir un grand résultat, elle oublie un peu sur le travail fait pour y arriver. Bien sûr, c’est quelque chose sur quoi travailler. Elle est différente de Tiril, qui est en fait une fille très réfléchie, pense-t-elle bien avant d’agir. Au lieu de cela, elle est si impulsive, elle fait partie de ce groupe d’athlètes qui peuvent faire n’importe quoi ou rien et vous exiger autant en tant qu’entraîneur, mais sur qui il vaut la peine d’investir leurs énergies parce qu’ils peuvent vous donner une grande satisfaction. Ingrid a le tempérament d’être un sportif, avec le bon travail qu’elle peut rattraper pour tout manque et faire des résultats.
Passons au reste du
groupe. Personnellement, j’ai été agréablement impressionné par l’impact de Lien, surtout à la Coupe du monde de Pokljuka.
« Ida en était à sa première année avec nous et je n’avais pas connu de grandes attentes, même si j’étais consciente de son potentiel. Il avait déjà gagné en Coupe IBU l’an dernier et connaissant son passé d’homme de cross-country, je savais qu’il avait un excellent moteur. C’était important pour nous d’améliorer le tir et là ça me surprend, parce que ça apprend très vite, même s’il part presque de zéro. Lors de la Coupe du Monde à Pokljuka, nous avons d’abord dû aller dans le relais avec Knotten, qui malheureusement n’était pas arrivé en Slovénie dans son meilleur état, alors nous l’avons déployée. Dans une situation stressante, compte tenu des attentes de l’équipe, Ida a montré qu’elle pouvait gérer la pression, elle est restée calme et calme. Je pense qu’il peut devenir très compétitif. Bien sûr, il y a encore du chemin à parcourir, mais elle est très bien entrée dans le groupe. C’est agréable de travailler avec un athlète comme ça. Karoline (Knotten, nd) en était également à sa première année avec nous. C’est une excellente puller, mais elle a eu plusieurs haut et bas dans la performance de ski. C’est une biathlète complète qui sait être prête. Tu pourrais la réveiller à 2 h du matin.m et lui dire tout à coup qu’elle doit faire un relais et qu’elle y va. Malheureusement, il n’était pas bien à la Coupe du Monde. Elle est également monté sur le podium cette année, mais même cette situation que nous avons dû gérer bien, car parfois un athlète peut penser trop tôt qu’il est déjà à un certain niveau parce qu’il a réussi à terminer troisième de la Coupe du monde, imaginez-vous plus haut qu’il ne l’est réellement. Cependant, cette fille travaille beaucoup, elle est professionnelle et je suis convaincu qu’elle va enlever de nombreuses satisfactions. Quant à Emilie Kalkenberg, elle a eu un problème physique en début de saison, donc en janvier nous l’avons envoyée à la Coupe IBU et elle est revenue à la Coupe du Monde après les excellents résultats d’Obertilliach. À Östersund, il a obtenu les meilleures finitions de sa carrière. Une grande finale de saison.
Il sera également l’entraîneur
des mêmes athlètes pour la saison prochaine. L’objectif est de donner une continuité à l’œuvre ?
« Je dois dire dis-le facile de faire confirmer l’équipe. Au début de la saison, j’avais immédiatement demandé à mon responsabilo d’avoir l’occasion de travailler avec les mêmes filles pendant plus d’une saison, car nous avions deux nouveaux athlètes dans un groupe et cela prend du temps. Je veux dire, je voulais les entraîner jusqu’à la saison olympique. En fin de compte, cependant, il n’était pas nécessaire d’en discuter non plus, car ces six athlètes ont été les meilleurs athlètes. J’ai hâte de partir avec eux sous peu. Est-ce que les sites seront sur les Jeux olympiques la saison prochaine?


« Il y aura certainement ceux d’entre eux qui donneront la priorité aux Jeux olympiques, mais il est important que certains athlètes essaient de bien faire tout d’abord la saison. Surtout les jeunes femmes ont besoin de grandir et d’acquérir de l’expérience plutôt que d’obtenir la médaille ou le résultat. Il est important d’apprendre à tenir toute une saison entre les voyages et de nombreux engagements, à grandir course par course. Quoi qu’il en soit, je dois encore parler à tout le monde, alors nous n’avons pas encore fixé de priorités. Peut-être que ceux qui ont déjà remporté autant de médailles mondiales pourraient être grandement stimulés par l’objectif olympique.
L’année dernière, vous êtes venu en
Italie en octobre pour vous entraîner à Lavazè. Étant donné que les Jeux olympiques sont à haute altitude, allons-nous vous revoir dans notre pays?
« Pour nous, Lavazè était un rassemblement très important. Au-delà du travail physique, il était essentiel de travailler en altitude même au tir. Nous avons passé un très bon moment là-bas et nous y retournerons certainement en octobre. En fait, un rassemblement était également prévu en juin ou juillet, mais pour le moment nous n’avons aucune certitude, nous devons voir comment la pandémie évolue. Certes, Lavazè a été pour nous la meilleure période d’entraînement de la saison et nous avons aussi eu la chance de trouver la neige. Ici, en Norvège, nous n’avons pas la possibilité de nous entraîner à cette altitude. C’est pourquoi nous visons deux ou trois stages de ce genre, mais malheureusement nous devrons aussi faire face à la réalité, alors voyons ce qui sera faisable ou non. Malheureusement, nous ne pouvons pas prendre une voiture et y aller, comme cela arrive peut-être aux équipes alpines. L’Italie est une destination très appréciée par nos athlètes, non seulement pour l’altitude, mais aussi pour la météo et surtout en automne pour la lumière. Avoir une journée plus longue aide aussi beaucoup mentalement.

Dernière modification par ilcanzese (12-04-2021 16:37:25)

Hors ligne

#1783 12-04-2021 20:26:17

Zoe876
Membre
Inscription : 19-03-2019
Messages : 616

Re : ***_news biathlon_***

ilcanzese a écrit :

L’Union internationale de biathlon (IBU) a reçu une demande de transfert de Natalia Dosova de l’équipe nationale russe à l’équipe roumaine et la vérifie actuellement conformément à la constitution de l’organisation, a indiqué RIA Novosti au service de presse de l’IBU.
https://www.fondoitalia.it/fileadmin/ar … tagram.jpg
Sushkina, qui a eu 24 ans en septembre, a décidé de changer sa citoyenneté et de concourir  pour la Roumanie en raison de son désir de se rendre aux Jeux Olympiques de 2022 en Chine. En avril, le biathlète a remporté une médaille d’or dans la  poursuite aux Championnats de Russie.
« En ce qui concerne le changement de citoyenneté, nous avons reçu une demande formelle et la vérifions actuellement conformément aux principes énoncés dans la constitution de l’IBU », a déclaré le service de presse.
En novembre, l’IBU a resserré les règles de changement de la citoyenneté sportive chez les biathlètes. L’un des points indique que si un biathlète doit jouer pour une autre équipe nationale après 15 ans, il doit prouver des liens étroits avec ce pays. ( siffle )

Pas de Dosova ni de Sushkina, il s’agit bien de Natalia Ushkina qui a brillé aux championnats de Russie en remportant 3 médailles. wink

Hors ligne

#1784 12-04-2021 21:36:27

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 571
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

tu a raison  (j'enlève l'autre )  il y a un bug , l'auteur a écrit le bon nom mais je ne sait pas pourquoi il y a eu ce probleme de faux nom une fois traduit en français 
--------------------------------
Le bureau de presse de l'IBU a informé le site Web russe Rsport.ria qu'il a reçu une demande officielle de transfert de Natalia Ushkina de l'équipe nationale russe à l'équipe roumaine, qui est actuellement en cours de vérification conformément au statut de l'organisation.
natalia_ushkina_foto_instagram.jpg


"En ce qui concerne le changement de citoyenneté, nous avons reçu une demande officielle et nous la vérifions actuellement conformément aux principes établis dans la constitution de l'IBU", a déclaré le service de presse de l'organisation à Rsport.ria .

Ushkina, âgé de 24 ans, a décidé de changer de nationalité et de jouer pour l'équipe nationale roumaine avec le désir de se qualifier pour les Jeux Olympiques de 2022 en Chine. En avril, la biathlète a remporté une médaille d'or à la poursuite du championnat de Russie, remportant d'autres médailles également au sprint et au départ de masse, faisant regretter la Russie, qui l'a incluse dans la liste de pré-équipe de l'équipe nationale, après ne jamais l'avoir envisagée pendant des années.

Il appartiendra désormais à l'IBU de décider de donner ou non son consentement à ce changement de nationalité.

Dernière modification par ilcanzese (12-04-2021 21:55:16)

Hors ligne

#1785 12-04-2021 22:57:28

Anna29
Membre
Inscription : 09-12-2012
Messages : 3 434

Re : ***_news biathlon_***

Le cas de Shamaev est également étudié, il a sa nationalité roumaine

A propos de jeunes qui arrivent dans l'équipe (référence à l'article sur le coach italien des norvégiens), le groupe tchèque devrait inclure des juniors chez les femmes. Ils anticipent 2024 et Gjelland aimerait bosser plus que quelques semaines en fin d'été avec elles


On ne nait pas Breton, on le devient, à l’écoute du vent, du chant des branches, du chant des hommes et de la mer (X. Grall)

Hors ligne

#1786 13-04-2021 16:46:35

Zoe876
Membre
Inscription : 19-03-2019
Messages : 616

Re : ***_news biathlon_***

Le premier stage de l'intersaison aura lieu du 14 au 29 avril pour l'équipe masculine russe, dans la péninsule du Kamtchatka. On en a beaucoup entendu parler ces derniers jours, les entraîneurs se plaignent du prix des stages et des enveloppes budgétaires serrées pour les organiser. C'est un stage ouvert "à ce qui le veulent". Y participent: Anton Babikov, Eduard Latypov, Kirill Streltsov, Vasiliy Tomshin, Mikhail Pervushin et Andrei Vyukhin. Loginov est déjà sur place pour se préparer à l'Avacha Ski Marathon qui aura lieu dimanche. Parmi les absents, il y a donc Eliseev et Garanichev.

Hors ligne

#1787 14-04-2021 09:06:05

Anna29
Membre
Inscription : 09-12-2012
Messages : 3 434

Re : ***_news biathlon_***

L'équipe américaine (j'avoue ne pas comprendre les groupes, l'organisation en générale)

National A1 Team
Clare Egan (Cape Elizabeth, Maine)
Susan Dunklee (Craftsbury, Vt.)
Sean Doherty (Center Conway, N.H.)

National A2 Team
Jake Brown (St. Paul, Minn.)
Leif Nordgren (Hinesburg, Vt.)

National A3 Team
Joanne Reid (Grand Junction, Colo.)
Deedra Irwin (Pulaski, Wis.)

National B Team
Maddie Phaneuf (Old Forge, N.Y.)
Paul Schommer (Appleton, Wis.)
Max Durtschi (Ketchum, Idaho)

National X Team
Chloe Levins (Rutland, Vt.)
Vaclav Cervenka (Grand Rapids, Minn.)

Junior National Team
Helen Wilson (Eagle River, Alaska)
Cale Woods (Bozeman, Mont.)
Wes Campbell (Park City, Utah)
Vincent Bonacci (Salt Lake City, Utah)
Maja Lapkass (Anchorage, Alaska)
Lexie Madigan (Truckee, Calif.)
Sam Stertz (Grand Rapids, Minn.)
Bjorn Westervelt (Stowe, Vt.)
Maxime Germain (Anchorage, Alaska)


On ne nait pas Breton, on le devient, à l’écoute du vent, du chant des branches, du chant des hommes et de la mer (X. Grall)

Hors ligne

#1788 14-04-2021 18:22:59

bertin
Membre
Inscription : 12-12-2011
Messages : 318

Re : ***_news biathlon_***

Bonjour,

La classification  des groupes ricain  est notamment  déterminée par l aide ( argent ou soutien) qu apporte la fédération  a tel ou tel athlete.

Hors ligne

#1789 14-04-2021 21:59:29

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 571
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

une petite curiosité signalé par ZOE  : gender-swapped  smile
rmoauepbyoh61.png
full size : https://i.redd.it/rmoauepbyoh61.png
174318597_1886423538190910_4232218151324508907_n.jpg?_nc_cat=100&ccb=1-3&_nc_sid=dbeb18&_nc_ohc=IPUr-zNfCjQAX_ZQxV3&_nc_ht=scontent-cdg2-1.xx&oh=d6cea133c755cff960e5fa5be7f08dcb&oe=609F389D

Dernière modification par ilcanzese (15-04-2021 16:08:58)

Hors ligne

#1790 15-04-2021 12:45:13

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 571
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

une longue interview accordée au site biélorusse Sport Tut ,
99962.jpg

Sola a fait le point sur sa saison. «Déjà lors des tests de pré-saison à Obertilliach, me trouvant en compétition avec Hauser, il était clair pour moi que j'étais en bonne forme physique. Nous sommes ensuite allés à Kontiolahti pour le départ de la Coupe du Monde - dit Sola - où je me suis rendu compte dans la poursuite d'être physiquement en excellente condition. Mais je n'avais absolument aucune stabilité sur le pas de tir . Même à l'entraînement, je ne pouvais pas toujours tirer de mon mieux. J'espérais le faire d'une manière ou d'une autre en course mais le miracle ne s'est pas produit. C'était dommage, car je savais que si j'avais réussi à couvrir au moins 85% des objectifs, avec ma vitesse sur skis j'aurais fait un podium à chaque étape ".

En fin de saison, Sola a légèrement amélioré ses pourcentages de tir et en fait, les deux premiers podiums sont également arrivés. Mais maintenant, le Biélorusse compte bien y travailler pendant l'été: «Pendant la préparation, j'ai l'intention de porter une attention particulière au tir. La fédération a choisi un spécialiste tel que Maxim Eliseev, qui m'aidera à réaliser la nouvelle plaque de couche du fusil et me fournira également quelques conseils techniques sur le tir. J'espère que cela apportera des résultats » .

L'amélioration des skis par lui et Alimbekava était tout à fait perceptible. Sola a expliqué ce qu'elle croyait être les raisons de cette croissance: «Il est difficile de citer une seule raison qui nous a aidés à faire le saut en matière de qualité. L'un d'eux est certainement l'arrivée du nouveau manager Rainey Gesweiner. Notre entraînement aérobie a diminué, tandis que plus d'attention a été accordée à la partie force. Aussi Dinara (Alimbekava, ndlr) et moi avons perdu trois ou quatre kilos, cela nous a aidés. Personnellement, à partir de la saison dernière, j'ai aussi commencé à écouter davantage mon corps, donc à être plus indépendant sans suivre aveuglément toutes les indications des entraîneurs. J'ai réalisé que le travail d'un entraîneur est de guider l'athlète, pas de lui dicter chaque étape. Tout d'abord, nous devons penser avec nos têtes. Si Rainey Gesweiner est d'accord? Bien sûr. Nous suivons son emploi du temps. Son approche est différente de celle adoptée en Biélorussie et en Russie, où les entraîneurs vérifient les athlètes sur tout. Rainey fait confiance à ses biathlètes ".

La saison a également apporté une médaille mondiale, mais Sola a eu du mal à réaliser le résultat obtenu. « À Östersund, je suis monté sur le podium de la poursuite et c'est seulement là que j'ai réalisé à quel point c'était génial d'avoir déjà atteint le championnat du monde de Pokljuka. Je me suis dit: «C'est cool» ».

Le Biélorusse a apprécié les nombreux compliments reçus de l'environnement du biathlon pour la médaille mondiale.«Après le bronze, j'ai reçu les félicitations de parents, d'amis et même de certaines stars du biathlon, comme Nadia Skardino, Dasha (Domracheva, ed), Martin (Fourcade, ed) et Kaisa (Mäkäräinen) , qui m'ont envoyé des messages privés. Au cours de la saison, l'entraîneur norvégien Siegfried Mazet m'a également souvent encouragé. Déjà à l'occasion des premières courses, ayant remarqué mes progrès sur les skis, il est venu me féliciter et m'inviter à continuer comme ça car les résultats arriveraient aussi. J'aime cette attitude des Européens ».

Sola a ensuite parlé de ses vacances, qui ont commencé immédiatement par un contrôle antidopage surprise à 7 heures du matin et se sont poursuivies avec divers tests médicaux et le vaccin Spoutnik. Enfin, la question de sa décision de ne pas signer une lettre au gouvernement de Loukachenko en janvier dernier , qui avait été signée par presque le reste de l'équipe biélorusse, était inévitable . Dans la réponse, l'athlète a pris soin de ne pas trop s'exposer, même si son geste provoquait une sensation donnant un message clair: "J'ai plusieurs raisons de dire merci au pays, mais avant tout, j'aimerais que le sport reste en dehors de la politique. Il est difficile de se concentrer sur les résultats sportifs quand on lit de tristes nouvelles en Biélorussie. Par conséquent, ma position n'est même pas politique mais universelle: pour le pays, respect des lois et résolution des problèmes sans recourir à la violence » .

Aussi pour son personnage, Hanna Sola trouve la faveur de nombreux fans qui l'inondent de messages. L'espoir de la jeune biélorusse est de résoudre ses problèmes de tir afin de devenir une athlète capable d'obtenir des résultats vraiment importants en Coupe du monde et dans les événements clés.
-
avec  Fondo Italia et google translate

Hors ligne

#1791 15-04-2021 19:11:20

bertin
Membre
Inscription : 12-12-2011
Messages : 318

Re : ***_news biathlon_***

Bonjour,

Félicitations  pour ta trouvaille des visages ilcanzese ...!.....et Zoe !

Dernière modification par bertin (16-04-2021 06:39:37)

Hors ligne

#1792 15-04-2021 22:37:59

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 571
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

non  c'est zoe que l'avais trouvé , moi je juste madame Olle Einar big_smile

Hors ligne

#1793 16-04-2021 11:41:31

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 571
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

les équipes suédoise:
équipe A 2021/22
Hanna Öberg, Piteå Skidskytteklubb
Linn Persson, SK Bore
Elvira Öberg, Piteå Skidskytteklubb
Mona Brorsson, Finnskoga IF
Johanna Skottheim, Lima SKG
Anna Magnusson, Piteå Skidskytteklubb
Stina Nilsson, Lima SKG
Sebastian Samuelsson, I21 IF
Jesper Nelin, Piteå Skidskytteklubb
Martin Ponsiluoma, Tullus SG
Peppe Femling, Piteå Skidskytteklubb

( 7 filles et 4 garçons )

équipe a développement  2021/22
Malte Stefansson, Oxbergs IF
Tilda Johansson, Anundsjö SKF
Oskar Brandt, I2 IF

Team Autoexperten 2021/22
Annie Lind, Finnskoga IF
Anna Hedström, I21 IF
Nicolina Lindqvist, Biathlon Östersund
Sara Andersson, Mora Biathlon
Ella Halvarsson, Biathlon Östersund
Erika Österman, Häverödals SK
Henning Sjökvist, Biathlon Östersund
Viktor Brandt, I2 IF
Erik Larsson, Mora Biathlon
Oscar Andersson, Älvdalens SKG
Anton Ivarsson, Tullus SG
Emanuel Westberg, Tullus SG
Alfred Eriksson, Dala-Järna IK
--------------------------------------
=====================
il y a quelques années : https://youtu.be/HdIOAcMaqr0

Dernière modification par ilcanzese (16-04-2021 17:12:41)

Hors ligne

#1794 16-04-2021 22:29:09

Anna29
Membre
Inscription : 09-12-2012
Messages : 3 434

Re : ***_news biathlon_***

Pour les futurs pronos, un changement de nom possible à regarder...

Pavlova s'est mariée à Maksim Burtasov (enfin, peut-être, j'ai lu qu'il y a eu des rumeurs de séparations donc c'est peut être pas lui qu'elle a épousé)
https://sun9-64.userapi.com/impg/5wbSYc … type=album

Dernière modification par Anna29 (16-04-2021 22:31:31)


On ne nait pas Breton, on le devient, à l’écoute du vent, du chant des branches, du chant des hommes et de la mer (X. Grall)

Hors ligne

#1795 17-04-2021 08:03:29

Zoe876
Membre
Inscription : 19-03-2019
Messages : 616

Re : ***_news biathlon_***

Je viens de faire des petites recherches, en fait ils se sont mariés en août 2019. smile

Hors ligne

#1796 17-04-2021 09:35:50

Anna29
Membre
Inscription : 09-12-2012
Messages : 3 434

Re : ***_news biathlon_***

Oups yikes


On ne nait pas Breton, on le devient, à l’écoute du vent, du chant des branches, du chant des hommes et de la mer (X. Grall)

Hors ligne

#1797 18-04-2021 08:11:33

Zoe876
Membre
Inscription : 19-03-2019
Messages : 616

Re : ***_news biathlon_***

Maintenant des sites annoncent aussi son mariage sur la base des mêmes photos. Aucun moyen de savoir si ce sont des photos récentes ou ressorties du tiroir par son amie maquilleuse...

J’ai trouvé cette interview de 2019 hier où Pavlova parle de son mariage quelques semaines plus tard, où, comment, etc, et surtout avec la participation de sa région:
https://m.sports.ru/tribuna/blogs/russi … 99714.html

Depuis en tout cas on parle d’elle et Burtasov comme mari et femme dans la presse russe.

Hors ligne

#1798 18-04-2021 11:28:57

Anna29
Membre
Inscription : 09-12-2012
Messages : 3 434

Re : ***_news biathlon_***

Anna29 a écrit :

Équipe A ukrainienne

TSYMBAL Bogdan
TKALENKO Ruslan
PIDRUCHNYI Dmytro
PRYMA Artem
DUDCHENKO Anton
LESIUK Taras
TYSHCHENKO Artem

Absence de Semenov, qui n'est plus apparu dans l'équipe depuis la saison 2019/2020. Il aurait pris sa retraite ? 

Chez les femmes

DZHIMA Yuliia
BLASHKO Darya
PIDHRUSHNA Olena
BEKH Ekaterina
MERKUSHYNA Anastasia
PETRENKO Irina
KRYVONOS Anna

Les sœurs Semerenko s’entraîneront à part avec Shamray (il y a du changement dans la A, je le poste dans les mouvements d’entraîneurs)  mais participeront aux rassemblements et tests

Blashko veut aussi s’entraîner séparément, son coach personnel prendra sa retraite après Pékin et elle fera alors la préparation dans le groupe. 

L'Ukraine (masculine du moins) manquera deux étapes de coupe du monde la saison prochaine : une en décembre, une en janvier.

(et Pidhrushna écrit une autobiographie)


On ne nait pas Breton, on le devient, à l’écoute du vent, du chant des branches, du chant des hommes et de la mer (X. Grall)

Hors ligne

#1799 18-04-2021 23:41:03

Anna29
Membre
Inscription : 09-12-2012
Messages : 3 434

Re : ***_news biathlon_***

Zoe876 a écrit :

Maintenant des sites annoncent aussi son mariage sur la base des mêmes photos. Aucun moyen de savoir si ce sont des photos récentes ou ressorties du tiroir par son amie maquilleuse...

J’ai trouvé cette interview de 2019 hier où Pavlova parle de son mariage quelques semaines plus tard, où, comment, etc, et surtout avec la participation de sa région:
https://m.sports.ru/tribuna/blogs/russi … 99714.html

Depuis en tout cas on parle d’elle et Burtasov comme mari et femme dans la presse russe.

C'est bizarre mais en tapant Pavlova, le nom de son mari et 23 août, on ne trouve rien.
Et c'est assez spécial un mariage financé par la région hein

Pour Mazet, la conférence qu'il doit faire en Russie à distance est prévue le 21 avril, il y aura également Barnachov, Romanova, etc

Et une petite info : vous savez que le Prince Philip est mort, la biathlète Jillian Colebourn mentionne dans son cv (public) qu'elle a le Prix international du duc d'Édimbourg (argent), prix fondé par le Prince Philip justement wink

Dernière modification par Anna29 (19-04-2021 02:59:59)


On ne nait pas Breton, on le devient, à l’écoute du vent, du chant des branches, du chant des hommes et de la mer (X. Grall)

Hors ligne

#1800 19-04-2021 20:12:21

Zoe876
Membre
Inscription : 19-03-2019
Messages : 616

Re : ***_news biathlon_***

Dans sa vidéo YouTube du jour, le journaliste russe Alexander Kruglov dit que Pavlova s’est enfin mariée (sous entendue après moultes péripéties). Il dit qu’il espère que son mariage l’aidera à garder la tête froide. Il reste soft car dans les commentaires sous les articles russes, les gens souhaitent bien du courage à son mari...

Dans la vidéo, Kruglov ne parle pas directement de la rencontre qui a eu lieu entre Loginov, son entraîneur personnel et l’entraîneur de l’équipe masculine. Par contre il laisse entendre en réponse à un commentaire que Loginov pourrait par exemple s’entraîner en partie avec les Russes et en partie avec les Bulgares, entraînés par son entraîneur personnel. L’idée du 2e groupe d’entraînement avec Loginov, Eliseev et Khalili semble s’éloigner car ils ne trouvent pas d’entraîneur adéquat après le refus de Ricco Gross.

Hors ligne

Pied de page des forums

Espace privé | Tous droits réservés - © BiathlonFrance 2006-2021