#41 11-02-2020 17:35:53

Iky
Membre
Inscription : 10-02-2018
Messages : 377

Re : Myrtille BEGUE

ilcanzese a écrit :

les places en CDM sont presque toutes prises pour LONG temps  .......... ceci explique "peut être " ce là ?

Peut-être pas. D'abord Chloé et Caroline n'ont pas donné beaucoup de gages de leur compétitivité. Il leur restera quelques étapes après les CDM pour le faire, sinon elles repartiront à égalité avec celles du groupe B en début de saison prochaine.

Ensuite, après les JO, je vois mal Anaïs B continuer. Pareil pour Célia, voire Anaïs C sous réserve qu'elle revienne à son meilleur niveau.

Ce n'est pas une éternité non plus ! Bref, cette gestion du groupe B est incompréhensible. Comme dit Cannellito, on leur offre une grosse préparation estivale, équivalente à celle des A et ensuite, on ne les sélectionne pas. Mieux,comme c'est arrivé à Lou Jeanmonnot, on leur dit qu'on leur donne rendez-vous à l'année prochaine. Ces groupes, les filles surtout n'ont pas l'air suivis.

Effectivement, ça pose des questions. Pourquoi ces équipes B n'ont-elles pas droit à un facteur temps comme c'est le cas au niveau supérieur ? Faire une ou deux saisons moyennes, mais surtout complètes, ce serait ça peut-être la clef d'un véritable apprentissage. Quitte à dresser un bilan sans concession pour certaines et certains à la fin et à ne pas renouveler leur "contrat".

Ça donne une impression de gâchis. sad

Hors ligne

#42 11-02-2020 17:46:41

axlb
Membre
Inscription : 06-02-2017
Messages : 155

Re : Myrtille BEGUE

Je ne connais pas assez le ski de fond, mais comme l'article le mentionne, le situation est meilleure en biathlon où il y a un circuit B. En France tout du moins, si un biatlete performe en IBU cup il aura sa chance en coupe du monde. C'est particulièrement le cas chez les femmes aujourd'hui où C. Chevalier et Colombo sont loin d'être indéboulonables ; Si quelqu'un avait frappé à la porte, l'une des deux serait revenu en IBU cup.

Si M. Begue et L. Jeanmonnot ne sont pas montée en coupe du monde, c'est parce qu'elles n'ont pas montré qu'elles avaient le niveau nécessaire. Soit elles ne l'ont pas, soit elles l'ont et ne se sont pas donné à fond ce qui est un problème mental. A mon avis, Myrtille était une fantastique junior qui a atteint son plafond très jeune. J'ai bien peur que ce soit la même chose pour Lou au vu de cette saison. Mais c'est encore trop tôt pour l'affirmer.

Hors ligne

#43 11-02-2020 18:56:44

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 6 669
Site Web

Re : Myrtille BEGUE

je ne dit pas que c'est "juste"  mais  j'ai l'impression que la situation actuelle va se reproduire aussi en 2021 et les jeunes pousses ............... sont très prometteuses ......... donc  pour les actuels  "ibu cup"  c'est  pas évident  se projeter dans le futur

Dernière modification par ilcanzese (11-02-2020 18:58:33)

Hors ligne

#44 13-02-2020 09:21:40

Cannellito
Membre
Inscription : 05-12-2019
Messages : 59

Re : Myrtille BEGUE

Stéphane Bouthiaux est revenu sur l’annonce de la fin de carrière de la Pyrénéenne : « C’est vraiment dommage pour elle, pour la fédération qui a mis les moyens pour l’accompagner. C’est une athlète qui avait beaucoup gagné dans ses années jeunes et juniors, elle a fait des médailles aux championnats du monde, donc ça veut dire quelque chose.

On sait que le cap entre les années juniors et la coupe du monde est très difficile à passer. C’est dommage, mais on ne peut que respecter cette décision, surtout quand on connaît l’engagement que cela demande à l’entraînement pour percer au plus haut niveau. Elle a envie de découvrir autre chose, ce qu’on peut comprendre aussi.»

Il évoque également les cas de Jeanmonnot et rivail
https://www.nordicmag.info/biathlon-ibu … -dur-0211/

Hors ligne

#45 21-02-2020 12:11:59

Antho
Membre
Inscription : 12-12-2017
Messages : 582

Re : Myrtille BEGUE

ilcanzese a écrit :

je ne dit pas que c'est "juste"  mais  j'ai l'impression que la situation actuelle va se reproduire aussi en 2021 et les jeunes pousses ............... sont très prometteuses ......... donc  pour les actuels  "ibu cup"  c'est  pas évident  se projeter dans le futur

C'est sûr que c'est pas évident de se projeter pour eux mais à mon sens, c'est la définition du sport de très haut-niveau. Pour prétendre au plus haut-niveau mondial, il faut faire partie des meilleurs parmi les meilleurs des meilleurs. Pour le moment, les jeunes en ibu cup sont loin d'enchainer les podiums ; on peut donc dire qu'à date ils n'ont pas le niveau coupe du monde (c'est aussi très limite pour mini Cheva et Caroline Colombo)

L'inconvénient, c'est que le biathlon, en France tout du moins, n'est pas suffisamment rémunérateur si tu ne le pratique pas au niveau coupe du monde. Là où d'autres sports ont créée une véritable économie (sports co majoritairement) qui permet de rémunérer raisonnablement des centaines voir des milliers de sportifs. Par exemple au foot, le jeune en centre de formation qui échoue à signer un contrat pro avec son club formateur peut retomber en D3 ou D4 sur un contrat pro ou un contrat fédéral (grosso modo 1600€ nets mensuels donc un salaire qui permet de vivre). Idem en vélo où un cycliste peut toucher une rémunération en complément d'un travail à temps partiel en courant dans un club de DN1 en France et donc arriver à vivre.

Hors ligne

#46 21-02-2020 12:24:14

Antho
Membre
Inscription : 12-12-2017
Messages : 582

Re : Myrtille BEGUE

Aqua a écrit :
ilcanzese a écrit :

les places en CDM sont presque toutes prises pour LONG temps  .......... ceci explique "peut être " ce là ?

Un article intéressant à propos de ce sujet :
https://www.ski-nordique.net/pas-assez- … 38913.html
Pour le coup, je comprends tout à fait qu'il soit difficile d'être motivé sans perspective d'avenir... Vu le niveau des équipes de France et de Norvège actuelles, on peut se dire que les jeunes qui pourraient aspirer à monter en Coupe du monde aujourd'hui sont tombés dans la "mauvaise" génération.

Oui article intéressant mais amha l'auteur se trompe complètement avec sa comparaison de la Ligue des Champions en foot. A trop vouloir élitiser les participants, tu te retrouve à verrouiller l'accès aux compétitions. La C1 en foot, c'est 10 pays assurés d'avoir au moins un club et les 45 autres pays qui jouent des qualifs pour 4 ou 5 places ; c'est seulement 5 pays représentés cette année après la phase de groupes. En 20-25 ans, les différentes réformes ont contribués à donner plus de places aux gros pays et à réduire les places pour les petits pays ce qui a accentué la concentration des meilleurs joueurs dans les meilleurs clubs.


Je pense que le biathlon doit s'ouvrir et permettre à plusieurs nations d'envoyer des biathlètes en coupe du monde ; en ce sens, le système actuel (quota fixe pour 25 pays + invitations sur performance) me semble un bon compromis entre élitisme et ouverture aux nations mineures. Si on suit l'exemple du foot, d'ici 10 ans, tu te retrouve à chaque course avec 12 norvégiens, 10 français, 10 allemands, 10 russes et les 50 autres places pour tout le reste. Et on se demandera quand même si le 13ème norvégien ou le 11ème allemand est pas meilleur que le croate ou le serbe...

Hors ligne

#47 21-02-2020 15:26:10

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 6 669
Site Web

Re : Myrtille BEGUE

tu a bien raison  antho  mais le fait de durcir le changement de nationalité  ferme la possibilité a certains  de  pratiquer ce sport a haut niveau  faute de place dans les grandes nations que finalement ne sont pas nombreuses : 4

Hors ligne

#48 21-02-2020 15:31:58

Iky
Membre
Inscription : 10-02-2018
Messages : 377

Re : Myrtille BEGUE

Antho a écrit :

L'inconvénient, c'est que le biathlon, en France tout du moins, n'est pas suffisamment rémunérateur si tu ne le pratique pas au niveau coupe du monde. Là où d'autres sports ont créée une véritable économie (sports co majoritairement) qui permet de rémunérer raisonnablement des centaines voir des milliers de sportifs. Par exemple au foot, le jeune en centre de formation qui échoue à signer un contrat pro avec son club formateur peut retomber en D3 ou D4 sur un contrat pro ou un contrat fédéral (grosso modo 1600€ nets mensuels donc un salaire qui permet de vivre). Idem en vélo où un cycliste peut toucher une rémunération en complément d'un travail à temps partiel en courant dans un club de DN1 en France et donc arriver à vivre.

C'est vrai, mais on ne me fera pas croire qu'on n'a pas les moyens de rémunérer une année complète des athlètes qu'on a pris le temps d'entraîner tout une demi-saison en vue de l'IBU cup. Les athlètes qu'on y croise (jeunes et moins jeunes) ne rêvent que du niveau supérieur et s'ils n'y parviennent pas, errent dans ce championnat comme des âmes en peine. Ça ne me paraît pas très pro, ni d'un côté ni de l'autre, car tous les ans on voit le même scénario. Il faudrait aller au bout du contrat annuel avant de renvoyer les athlètes chez eux ou que ceux-ci n'envoient tout promener. Peut-être à la septième ou huitième étape, on constaterait que les résultats arrivent...

Hors ligne

#49 21-02-2020 16:37:56

Schneehexer
Membre
Inscription : 02-12-2010
Messages : 2 219

Re : Myrtille BEGUE

J'apprécie le système tel qu'il est. Cela permet à de petites nations d'exister et finalement au sport de ne pas reposer sur une une ou deux nations. On sait ce que cela donne en ski de fond et c'est clairement un frein au développement, notamment médiatique, de ce sport.

Les nations fortes ont moyen, lorsque les encadrements l'estiment pertinent, de faire tourner les biathlètes sur les places 5 et 6 en coupe du monde. En revanche, travailler la visibilité du circuit IBU est effectivement un enjeu. Mais si de bons biathlètes repartent de temps en temps en IBU Cup pour que de jeunes pousses prennent de l'expérience en coupe du monde sur quelques courses, cela est plutôt bon pour la visibilité du circuit IBU.

Hors ligne

#50 21-02-2020 17:30:45

Antho
Membre
Inscription : 12-12-2017
Messages : 582

Re : Myrtille BEGUE

Iky a écrit :

C'est vrai, mais on ne me fera pas croire qu'on n'a pas les moyens de rémunérer une année complète des athlètes qu'on a pris le temps d'entraîner tout une demi-saison en vue de l'IBU cup. Les athlètes qu'on y croise (jeunes et moins jeunes) ne rêvent que du niveau supérieur et s'ils n'y parviennent pas, errent dans ce championnat comme des âmes en peine. Ça ne me paraît pas très pro, ni d'un côté ni de l'autre, car tous les ans on voit le même scénario. Il faudrait aller au bout du contrat annuel avant de renvoyer les athlètes chez eux ou que ceux-ci n'envoient tout promener. Peut-être à la septième ou huitième étape, on constaterait que les résultats arrivent...

Je ne sais pas si la fédé a les moyens (la fédé investit déjà pas mal sur les équipes de jeunes et les équipes en IBU Cup ne semblent pas démunies de moyens) et je ne sais pas si le système de détection/formation de la fédé est bon ou pas. Toutefois, il faut noter qu'avec un nombre infiniment plus petits de licenciés et/ou pratiquants que la Russie, l'Allemagne ou la Norvège, la France arrive à sortir une équipe de 6 hommes et une équipe de 4 filles (je compte Cheva) ayant le niveau pour jouer +/- régulièrement les podiums en coupe du monde. Et j'ai envie de dire que chez nos filles, elles ont une tendance à se retirer du circuit à un âge encore jeune ; en terme d'âge, il ne serait pas incongru de compter encore des Marie Dorin et des Marie-Laure Brunet dans l'équipe.

Du coup, j'ai tendance à penser que le boulot effectué depuis les clubs jusqu'aux équipes de France est plutôt pas mal compte tenu du réservoir de base.


Quant au fait de voir tous les ans des jeunes se planter et arrêter, c'est simplement le sport de très haut niveau où il n'y a pas de places pour tout le monde mais c'est comme çà dans tous les sports. Si on considère une équipe A de 6 avec des âges allant de 22 à 34 ans, çà signifie qu'en moyenne il y a un biathlète pour deux classes d'âge ; çà fait peu donc sur l'effectif d'IBU Cup qui compte 6-8 athlètes sur une année, il y en aura maxi un en moyenne qui aura sa place en Coupe du Monde dans le futur. Et quand, tu sors 2-3 monstres sur un laps de temps très réduit (type QFM et Simon Desthieux), çà fait d'autant plus baisser les chances des générations juste après. Mais si on a un jeune qui aligne les podiums en IBU Cup, nul doute qu'il aura sa place en Coupe du Monde et encore plus chez les filles, où la moitié de l'équipe n'est pas indéboulonnable.

Le sport de haut niveau, c'est tout sauf le monde des bisounours. T'es en compétition permanente, faut toujours être le meilleur et, surtout à des âges jeunes, ne pas progresser c'est régresser car chaque année tu as une classe d'âge en plus qui arrive en compétition contre toi. Le seul juge en sports, ce sont les résultats (y'a pas d'arrangement possible si t'as de beaux yeux ou si t'es sympa).

Dernière modification par Antho (21-02-2020 17:35:21)

Hors ligne

Pied de page des forums

Espace privé | Tous droits réservés - © BiathlonFrance 2006-2020