#1 30-01-2008 19:53:18

Samuel P&F
Membre
Lieu : Dans une république bananièr
Inscription : 29-11-2006
Messages : 823
Site Web

Reconversion, le témoignage de Pascal Richard

Paru dans La Liberté d'hier, le témoignage édifiant de Pascal Richard sur la difficulté de la reconversion des sportifs.

*************************
JEAN AMMANN
La question avait été posée sans grand espoir, comme on jette une bouteille à la mer. De toute façon, la réponse serait convenue, genre Edith Piaf: «Non rien de rien, je ne regrette rien, ni le bien, ni le mal, etc.» Allons-y quand même par acquis de conscience: «Pascal, et si c'était à refaire?» «Jamais je ne referais une car¬rière cycliste, c'est trop dur après...»

Pascal Richard est l'un des meilleurs cyclistes que la Suisse ait connu et il fut, durant quatorze ans, un acteur essentiel du peloton professionnel: cham¬ion olympique à Atlanta (1996), champion du monde de cyclocross (1988), vainqueur de Liège-Bastogne-Liège, du Tour de Lombardie, du Tour de Roman¬die, du Tour de Suisse, de deux étapes sur le Tour de France et d'une étape du Tour d'Italie. «Entre soixante et septante victoires professionnelles», résume-t-il.

Un miroir de cassé
Aujourd'hui, à l'âge de 43 ans, Pascal Richard dirige une agence immobilière à Montreux, au bord du lac Léman. Il emploie trois personnes: «Et je donne du travail à des dizaines d'entreprises pour des millions de francs», insiste-t-il. Au cours de l'entretien, il griffonne des croquis, rectifie un plan, dessine la vue aérienne d'une salle de bain... Sept ans après sa retraite sportive, il sort genti¬ment la tête de l'eau, même s'il traîne une histoire sentimentale finissante et une casserole juridique qui date de 2002. Pascal Richard est un homme qui a cassé un miroir en 2000 et en a pris pour sept ans de malheur.

«C'était le 15 août 2000», dit-il. La date est gravée dans sa mémoire. Ce jour-là, Pascal Richard s'est retiré du cyclisme sur un ultime crève-coeur: une non-sélection aux Jeux de Sydney, lui qui fut durant quatre ans le champion olympique en titre, le premier de l'histoire du cyclisme! Il fait ses adieux sur un sentiment de trahison: «Tout à coup, les projecteurs s'éteignent, on passe de la lumière violente à celle tamisée d'une vie ordinaire. A quel prix?», demandait-il déjà dans une autobiographie* où l'appréhension point à chaque ligne.

Manifestement, le milieu ne veut plus de lui: un essai comme consultant à la Télévision suisse romande sur le Tour de Romandie, mais l'expérience ne sera pas reconduite; une candidature au poste de sélectionneur national, que la Fédération suisse ne retiendra pas; et quand un sponsor lui propose un contrat pour suivre le Tour de Suisse, l'organisateur, Marc Biver, qui fut son manager et avec qui il s'est brouillé, lui refuse l'accréditation... élégant Pascal Richard ouvre alors un magasin de mode à Montreux à la fin de l'année 2001: «L'époque était mal choisie: les affaires n'étaient pas bonnes. Certains jours, je restais les bras croisés dans la boutique, je n'ouvrais pas la caisse de la journée.»

Des idées noires
II vient de divorcer, il s'inscrit au chômage: «J'avais besoin d'argent, je suis resté trois mois au chômage, mais les gens me faisaient bien comprendre que je n'avais rien à y faire: j'étais Pascal Richard, le champion olympique, le sportif admiré des foules, je volais l'argent des chômeurs.» Nous sommes en 2002, il est aux abois, il est désespéré et le mot n'est pas trop fort: «J'ai pensé plusieurs fois me suicider, mais il m'a manqué le cran... Moi, je comprends par où sont passés Jimenez et Pantani...» Il lui faut un miracle. Au mois de mars, il se laisse séduire par un escroc, un bonimente un pseudo-marabout: il perd 200 000 francs dans cette arnaque. Comment refaire? Il invente un vol de montres mais la police et son assurance flairent l'embrouille. Au mois de novembre 2006, la justice l'a condamné à qua mois de prison avec sursis.
Il aurait souhaité que le juge décide un huis-clos, que la presse garantisse son anonymat. Hélas, le procès fut public et son nom jeté à la foule. Sur internet, le feuilleton abracadabrant dont Pascal Richard est le héros a nourri 1es forums de discussion. Lui, cela va de soi, n'a pas revu un centime.

Seul dans la pampa
«Non, assène-t-il, le sport n'est pas une école de vie! Un cycliste évolue dans un monde protégé et il y reste. La vie d'un cycliste, ce n'est pas la réalité. Quand le peloton continue sans vous quand le tintamarre de la caravane s'éloigne, il reste un homme seul dans la pampa: «Durant les trois ans qui ont suivi ma retraite sportive, j'étais comme en manque: il me manquait l'adrénaline, le stress de la compétition. Pour me réintégrer dans la société, j'avais besoin d'un travail et je n'en trouvais pas. Je me suis senti inutile, comme n'importe quel chômeur. C'est un sentiment qui m'a traumatisé.»

Pascal Richard ne comprend pas qu'une fois descendu du podium, le champion puisse être abandonné dans la coulisse: «Du jour au lendemain, j'ai perdu mon statut social, je suis tombé dans l'anonymat. Pendant des années, je n'avais donné que du bonheur aux gens, je les avais fait rêver, j'avais essayé d'être un exemple pour la jeunesse... Et tout à coup, personne ne savait que faire de moi. Il aurait fallu que je m'excuse: excusez-moi d'avoir été bon, d'avoir gagné des courses, d'avoir été champion olympique.» Dans un monde idéal, rêve-t-il, le sportif professionnel ne serait pas abandonné comme la musette dans le caniveau: «On pourrait très bien imaginer que les sponsors, lorsqu'ils s'associent au mouvement olympique ou à une fédération sportive, s'engagent à fournir un emploi aux athlètes. Ce serait une clause du contrat», propose Pascal Richard.

Gladiateur étourdi

Depuis le mois de janvier 2005, Pascal Richard, dessinateur architecte de formation, dirige une agence immobilière. II lui a fallu quatre ans pour recoller au peloton des travailleurs ordinaires: «On me dit: tu aurais dû préparer ta retraite! Mais ce n'est pas possible: on ne pédale pas six heures par jour en assurant ses vieux jours; on ne fait pas une carrière de champion en préparant sa retraite.» On ne reproche pas à un gladiateur son imprévoyance.

* «Pascal Richard, géant de la route, forçat de la vie», avec Patrick Oberli, éditions Factuel, 2001.

.......................................


Mens sana in corpore sano

Hors ligne

#2 31-01-2008 17:52:52

mogilny68
Membre
Inscription : 27-12-2007
Messages : 271

Re : Reconversion, le témoignage de Pascal Richard

J'me rappelle bien, un grand cycliste cet homme là ! C'est triste à lire, j'espère qu'il va définitivement sortir de la galère.

Hors ligne

#3 31-01-2008 19:42:56

Samuel P&F
Membre
Lieu : Dans une république bananièr
Inscription : 29-11-2006
Messages : 823
Site Web

Re : Reconversion, le témoignage de Pascal Richard

Et ce qui est tout aussi triste à dire, un des rares Suisses de cette époque à ne pas s'être fait pincer, au contraire des Zülle, Dufaux, Camenzind, Meier etc... Et ne parlons pas de Rominger et Gianetti...


Mens sana in corpore sano

Hors ligne

#4 31-01-2008 19:50:23

mogilny68
Membre
Inscription : 27-12-2007
Messages : 271

Re : Reconversion, le témoignage de Pascal Richard

Je ne savais pas que Dufaux avait été contrôlé positif !

Hors ligne

#5 31-01-2008 22:31:29

Samuel P&F
Membre
Lieu : Dans une république bananièr
Inscription : 29-11-2006
Messages : 823
Site Web

Re : Reconversion, le témoignage de Pascal Richard

mogilny68 a écrit :

Je ne savais pas que Dufaux avait été contrôlé positif !

Si si, la mémorable affaire Festina...


Mens sana in corpore sano

Hors ligne

#6 01-02-2008 09:57:56

Alex
Membre
Inscription : 22-12-2006
Messages : 751
Site Web

Re : Reconversion, le témoignage de Pascal Richard

Mouais je le connais pas c'etait pas trop mon époque...

Maintenant je crois que de plus en plus ce probleme de reconversion est pris au sérieux... par exemple, pour les concours aux grandes écoles, je sais que les sportifs de haut niveau ou les anciens sportifs de haut niveau ont des entrées facilitées c'est bien je trouve!!

Hors ligne

Pied de page des forums

Espace privé | Tous droits réservés - © BiathlonFrance 2006-2020