#1761 02-04-2021 14:30:25

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 9 582
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

on va voir si Olga  Podchufarova  seras dans cette liste .............si non  sad

Hors ligne

#1762 02-04-2021 14:33:37

Anna29
Membre
Inscription : 09-12-2012
Messages : 3 912

Re : ***_news biathlon_***

Ushkina a confirmé vouloir aller en Roumanie, la fédération russe ruse quand elle pense avoir encore le pouvoir d'empêcher son transfert. Vu les conditions, seul l'IBU a ce pouvoir maintenant
En plus, Ilcanzese avait posté en septembre dernier un article où la fédé russe la laissait partir...

Dernière modification par Anna29 (02-04-2021 14:42:06)


On ne nait pas Breton, on le devient, à l’écoute du vent, du chant des branches, du chant des hommes et de la mer (X. Grall)

Hors ligne

#1763 02-04-2021 14:48:17

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 9 582
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

Hors ligne

#1764 02-04-2021 15:01:56

Zoe876
Membre
Inscription : 19-03-2019
Messages : 616

Re : ***_news biathlon_***

ilcanzese a écrit :

on va voir si Olga  Podchufarova  seras dans cette liste .............si non  sad

On ne sait jamais, finalement ce n’est pas une liste de 24 mais une liste de 24 femmes + 24 hommes.

Hors ligne

#1765 02-04-2021 17:57:05

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 9 582
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

j'espère pour elle, dans le passé elle a démontré  que c'est une bonne biathlète et une de seule russe a remporté une epreuve de CDM

Hors ligne

#1766 03-04-2021 15:32:24

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 9 582
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

longue interview avec Fabrizio Curtaz le responsable technique de l'équipe italienne ( avec biathlon Italia et Google translate !
-------------------------------------------------
Pas de pause pour Fabrizio Curtaz , qui a terminé une saison très difficile en raison de l'urgence du covid-19, très compliquée d'un point de vue organisationnel et mental, est déjà à l'œuvre pour planifier la prochaine saison après les Championnats d'Italie à Val Martello , une opportunité pour s'entretenir avec des techniciens et des athlètes, et la rencontre avec le président Roda, qui a eu lieu à Milan mardi dernier pour jeter les bases de la saison olympique. Entre-temps, le directeur de compétition du biathlon italien est également revenu à son bureau, à la police des frontières d'Aoste, où il sert. "Je dois toujours être reconnaissant à mon patron qui me donne l'opportunité de suivre l'équipe nationale de biathlon tout au long de la saison - Curtaz tient à vous le faire savoir -et à tous les collègues qui me donnent un coup de main. Je leur suis vraiment reconnaissant pour leur aide.

On le dérange pour une interview sans bols, revenant sur la saison qui vient de se terminer et visiblement tournée vers l'avenir. Une longue discussion qui a duré plus d'une heure, au cours de laquelle nous avons été confrontés à divers enjeux, à commencer par les difficultés d'organisation provoquées par l'urgence covid et le stress d'une saison aux multiples variables, mais aussi d'un mouvement, celui du biathlon italien, qui a continue sans s'arrêter et est apparu en grande santé comme l'ont démontré les nombreux participants aux compétitions à Val Martello .

Nous en parlons dans la première partie de l'interview, tandis que demain nous publierons l'autre moitié, consacrée à l'aspect sportif. Un commentaire sur les résultats des Azzurri dans la saison qui vient de se terminer, les raisons de certaines décisions et un regard vers l'avenir, vers le prochain qui signifie Pékin 2022 mais aussi plus loin, lorsque certains grands noms pourraient décider de partir.

Bonjour Curtaz. Commençons par les championnats d'Italie le week-end dernier. À Val Martello, nous avons vu de nombreux participants dans les catégories des jeunes, en particulier les aspirants. Est-ce le signe d'un mouvement sain?
«Dans la catégorie des moins de 17 ans, les participants ont considérablement augmenté. Je ne m'attendais pas à un si grand nombre d'athlètes au départ, aussi parce que n'oublions pas que dans cette catégorie les coûts commencent à augmenter. Nous avons même vu plus d'inscription des filles que des garçons, ce qui n'arrive pas souvent. Si nous considérons également l'année que nous vivons, voir de nombreux jeunes athlètes et de nombreux jeunes athlètes au départ est encore plus significatif. Dans les sports d'hiver, par rapport aux autres disciplines, nous avons eu la chance d'avoir l'opportunité de continuer à nous entraîner, car ils se pratiquent en extérieur. De plus, le fait de ne pas avoir besoin de remontées mécaniques, le ski de fond et par conséquent le biathlon, grâce aussi à la présence de beaucoup de neige, ont vu l'approche de nombreux jeunes.. 
Pour cette raison également, l'exploitation de l'entreprise était importante. Vous attendiez-vous à pouvoir jouer toute la Coupe d'Italie?
«Certes, étant donné la façon dont les choses s'étaient déroulées en novembre, c'était presque une surprise de pouvoir jouer toute la saison. Ça s'est toujours très bien passé. Evidemment il y a eu quelques problèmes au cours de la saison, quelqu'un est entré en contact avec le virus et a été contraint de s'arrêter, mais dans nos événements nous n'avons jamais eu de gros problèmes au point de penser à suspendre l'activité. Cela signifie que tout le monde a fait preuve de bon sens. Personne n'a tiré la corde face à une situation incertaine mettant les autres en danger. Une éventuelle épidémie dans une étape de la Coupe d'Italie aurait représenté un gros problème, mais cela ne s'est pas produit grâce au comportement de tous les clubs, des comités et des instances sportives. Il n'aurait certainement pas été anodin d'arrêter l'entreprise pendant quelques semaines. De cette façon, nous avons également offert un peu de normalité aux garçons, qui ont pu s'entraîner et concourir, continuant l'activité qu'ils font chaque année. Pour ces jeunes, c'était important, surtout compte tenu des problèmes de l'école et par conséquent du déclin des interactions sociales. Le sport à ce niveau a toujours été important pour cet aspect aussi et nous avons maintenu l'activité vivante pour eux. D'autres pays n'ont pas réussi à le faire. Pensez à la France elle-même, qui n'a pas eu l'occasion d'organiser des compétitions officielles. Leurs jeunes d'intérêt national n'ont joué que des courses de test non officielles, tandis que les autres ont été laissés de côté. En Autriche, ils ont commencé l'activité en janvier, lorsque nous avons eu la Coupe du monde à Anterselva. Même en Allemagne, ils avaient de gros problèmes à faire une activité constante, de temps en temps ils étaient obligés de s'arrêter. Je ne dis pas que nous étions meilleurs que les autres, au contraire je pense que nous avons été surtout plus chanceux et au final nous avons réussi à tout faire. Mais nous avons certainement fait preuve de courage et si nous avons réussi c'est grâce au bon sens de chacun. ". 

Avec l'équipe nationale italienne, vous avez immédiatement eu une expérience directe avec le covid pendant la préparation. Peux-tu nous dire comment tu as vécu ce moment?
«Pour nous, c'était un choc, un moment très difficile à affronter, aussi parce que d'abord avec l'équipe Junior puis avec le A, nous avons eu cette positivité à la fin du mois d'octobre, alors que nous étions proches de la saison. Cela a tout bouleversé, tant dans l'âme que dans les programmes. Nous nous sommes posés de nombreuses questions et étant le premier contact direct avec la maladie, nous avions également plusieurs craintes quant à ce qui allait se passer. Combien de succès nous a servi de leçon, nous avons touché le problème de première main et avons mieux compris comment y faire face » .

Passons à la saison internationale. Comment s'est déroulé le circuit de la Coupe du monde l'année de la pandémie?
«Nous sommes partis pour la Finlande où nous avions encore en tête notre très mauvaise expérience d'octobre et novembre, en plus des difficultés sportives du meeting manqué en Scandinavie. Nous y sommes arrivés avec tant d'incertitudes, ne sachant pas comment la situation allait être gérée, mis à part le programme et les protocoles que l'IBU nous avait déjà envoyés. D'un point de vue émotionnel, le premier arrêt en Finlande a été difficile car nous étions tous dans cet hôtel et nous avions peur de ce qui se passerait en cas de positivité, le stress était très élevé. Mentalement, c'était dur, la négativité semblait plus importante que les courses elles-mêmes. Ensuite, nous avons expérimenté de première main la gestion de l'IBU, presque parfaite dès le départ. C'était une nouvelle expérience pour eux aussi, mais dès la deuxième semaine, les choses s'étaient stabilisées. Ils ont été clairvoyants et parfaits dans la gestion du covid tout au long de la saison. Tout a fonctionné, l'attention a toujours été élevée et les athlètes, les techniciens, tous les protagonistes ont été au centre de tout. Ils ont organisé les choses de sorte que même en cas de positivité, il était possible d'éviter de bloquer une équipe entière. Ils étaient également très stricts, surtout au début, mais c'était l'attitude gagnante. Par exemple, s'ils remarquaient que quelqu'un ne respectait pas les règles, ils lui enverraient un e-mail le soir même en menaçant de le renvoyer chez lui " Ils étaient également très stricts, surtout au début, mais c'était l'attitude gagnante. Par exemple, s'ils remarquaient que quelqu'un ne respectait pas les règles, ils lui enverraient un e-mail le soir même en menaçant de le renvoyer chez lui " Ils étaient également très stricts, surtout au début, mais c'était l'attitude gagnante. Par exemple, s'ils remarquaient que quelqu'un ne respectait pas les règles, ils lui enverraient un e-mail le soir même en menaçant de le renvoyer chez lui ".

Alors, l'IBU a-t-il pu vous faciliter les choses?
«Certes, dans une situation difficile comme celle-ci, ils ont beaucoup aidé les équipes. Nous avons déjà le fait que les tampons à fabriquer lors des étapes de la Coupe du monde ont toujours été réalisés par l'IBU et à leurs frais a beaucoup aidé en termes de budget, sinon des chiffres très élevés auraient commencé. Nous étions responsables des plaquettes pour le départ et aussi pour la rencontre pré-mondiale, mais heureusement l'IBU a payé les plaquettes fabriquées lors de la Coupe du Monde, de la Coupe du Monde Junior et de la Coupe IBU. faits sur 610. Vous pouvez donc comprendre à quel point l'association nous a aidés. L'IBU a également pris cet aspect de l'urgence très au sérieux. S'il ne l'avait pas fait, de nombreuses nations auraient été en difficulté, mais toutes n'auraient pas pu supporter certains coûts. Tout au long de la Coupe du monde, l'IBU disposait d'un personnel chargé uniquement des tampons. Évidemment, il y avait aussi le personnel local qui a effectué le prélèvement, mais en utilisant les outils déjà achetés à l'IBU et en collaborant avec le personnel qui s'est déplacé à chaque endroit de la Coupe du monde pour tout organiser.
De cette façon, le système s'est amélioré semaine après semaine, mais surtout nous ne nous sommes jamais retrouvés déplacés comme cela s'est peut-être produit dans d'autres sports, où les organisateurs locaux, chacun avec leur propre système, s'occupaient des tampons. Ici, cependant, le système n'a jamais changé et nous n'avons réalisé que des prélèvements moléculaires dans la gorge, qui sont encore moins invasifs que le rapide. Tout était organisé de la meilleure façon possible. Par exemple, nous avons eu deux positifs à Kontiolahti, en fait trouvés sur deux personnes qui venaient de se remettre du covid. Nous avons immédiatement fourni toute la documentation et tout expédié. Entre-temps, grâce à leur système de traçabilité, ils avaient déjà communiqué qui devait être placé à l'isolement. Puis, en seulement quinze minutes,.
   
Évidemment, la vie quotidienne des sportifs a également changé, faite de tampons et de semaines fermées à l'hôtel. Comment ont-ils réagi?
«Au début, toutes ces innovations ont créé un grand stress dû à l'incertitude. Une fois que nous avons compris comment tout cela fonctionnait, nous nous sommes automatiquement adaptés. Au final, malgré le fait de rester plus à l'hôtel, la vie n'a pas beaucoup changé, car à la Coupe du monde, un athlète se concentre sur les compétitions, il n'y va pas en tant que touriste. La vie d'un athlète est l'entraînement, la compétition, le temps passé dans la salle pour récupérer, les massages et les repas. Eh bien, peut-être que cela a changé le jour de repos des autres saisons, nous sommes allés faire un tour, mais la vie est restée cela. En effet, certains aspects sont devenus plus simples, comme les médias, qui ont été rationalisés et accélérés. Une fois que les athlètes ont compris comment les choses fonctionnaient, tout s'est bien passé, la tête était libre » .

Dernière modification par ilcanzese (03-04-2021 18:48:08)

Hors ligne

#1767 06-04-2021 08:54:16

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 9 582
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

la suite du feuilleton USHKINA  sur le site fondo Italia + GC + google translate
-----------------------------------------
Il y a à peine une semaine, nous avons écrit l'histoire d' Elena Kruchinkina , qui est passée de Russie en Biélorussie avec sa sœur Irina, de la République de Mordovie . De la même région de Russie vient la prochaine athlète sur le point de quitter la Russie, Natalia Ushkina . Le joueur de 24 ans, capable d'obtenir d'excellents résultats en Coupe IBU Junior en 2015/16 et 2016/17, n'a jamais été considéré pour les équipes nationales russes.

Il y a donc déjà un an, Ushkina a décidé de déménager en Roumanie , a obtenu un passeport et l'a trouvé maintenant, et a également obtenu la permission de la Fédération de Russie. Au cours de la dernière saison, en attendant que la paperasse finale soit terminée, elle s'est entraînée avec l'équipe de sa région, la République de Mordovie. Lors des récents championnats de Russie, elle était la grande protagoniste, battant les athlètes de l'équipe nationale. Ushkina a terminé deuxième du sprint, première de la poursuite et deuxième du départ groupé, à tel point qu'elle a été incluse de plein droit dans le groupe d'athlètes parmi lesquels l'équipe nationale russe sera sélectionnée.

Trop tard? Il semblerait donc, étant donné qu'Ushkina est sur le point de passer en équipe nationale roumaine, après que la Fédération de Russie a annoncé ces derniers jours qu'elle avait trouvé un accord avec la Roumanie. "J'ai reçu mon passeport il y a quelques semaines et mon transfert a déjà été validé par la Fédération", a-t- il déclaré. Dans l'équipe nationale roumaine, il trouverait une autre ancienne russe, Elena Chirkova , elle pourra probablement faire ses débuts en Coupe du monde et rêver aux JO.

Comme les deux Kruchinkina , mais aussi Kuklina et Domracheva, Ushkina se prépare à être un autre athlète pour quitter la Russie pour représenter une autre nation, le signal clair que quelque chose dans le système russe ne fonctionne pas. Nous ne savons pas si cette athlète a les moyens de viser d'excellents résultats en Coupe du monde, mais probablement compte tenu de ses résultats aux Championnats de Russie, une erreur a été commise. En Russie, ils espèrent que le président de la Fédération de Russie, Maygurov , pourrait bientôt demander à Ushkina de rester et de concourir pour la Russie. "Je devrais en parler, je ne sais pas", a-t-il déclaré à Match TV.

Hors ligne

#1768 06-04-2021 15:31:36

Zoe876
Membre
Inscription : 19-03-2019
Messages : 616

Re : ***_news biathlon_***

Elle a dit aujourd’hui qu’il n’y avait aucune chance qu’elle reste.

Hors ligne

#1769 06-04-2021 15:45:23

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 9 582
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

au moins c'est CLAIR
---------
best of 2020/2021 : https://www.facebook.com/biathlonworld1 … 2514533852

Dernière modification par ilcanzese (06-04-2021 21:17:46)

Hors ligne

#1770 06-04-2021 23:45:58

Anna29
Membre
Inscription : 09-12-2012
Messages : 3 912

Re : ***_news biathlon_***

J'ai bien aimé sa réponse sur la concurrence. Ce n'est pas tant la concurrence, c'est que rien n'est clair, qu'ils font des classements mais qui ne servent à pas grand chose en fait.
Après, pardon de le dire, mais vu le temps qu'elle a mis à changer de nationalité et vu son âge, qu'on ne l'a jamais vu en compétition sénior internationale alors qu'elle va sur ses 25 ans, je ne la vois pas comme une "future star" comme les médias russes la présente.
Par contre, je pense que même si la Russie a beaucoup de biathlètes, c'est pas forcément une idée géniale de voir partir leurs jeunes. Ce serait autre chose de voir partir une fille de 25 ans qu'une fille de 20 ans


On ne nait pas Breton, on le devient, à l’écoute du vent, du chant des branches, du chant des hommes et de la mer (X. Grall)

Hors ligne

#1771 07-04-2021 07:38:38

Zoe876
Membre
Inscription : 19-03-2019
Messages : 616

Re : ***_news biathlon_***

On se dirige en Russie vers la création de 2 groupes d’entraînement distincts chez les hommes. L’entraîneur en chef Kaminsky ne veut plus que Loginov et Eliseev s’entraînent seuls, mais il est inconcevable pour les 2 athlètes de s’entraîner avec Kaminsky. Or Kaminsky veut qu’ils aient toute une équipe à leur disposition, avec médecin, masseurs, etc. On se dirige donc vers la création d’un 2e groupe distinct. Kaminsky garderait Latypov par exemple, et maintenant on recherche activement un entraîneur pour le 2e groupe, dont Khalili pourrait éventuellement faire partie aussi.

Hors ligne

#1772 07-04-2021 10:18:51

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 9 582
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

comme d'habitude:   c'est CLAIR comme l'eau de roche smile

Hors ligne

#1773 08-04-2021 20:09:02

Zoe876
Membre
Inscription : 19-03-2019
Messages : 616

Re : ***_news biathlon_***

Siegfried Mazet va faire un séminaire en ligne pour les entraîneurs russes en avril ou mai.

Hors ligne

#1774 08-04-2021 22:47:45

Zoe876
Membre
Inscription : 19-03-2019
Messages : 616

Re : ***_news biathlon_***

Latypov au lancement du match des quarts de finale de la coupe de Russie en foot, entre les clubs Krylia Sovetov Samara et Dynamo Moscou.

https://www.instagram.com/p/CNaK849B02J … m3wlu6k0vj

Hors ligne

#1775 10-04-2021 08:33:03

Zoe876
Membre
Inscription : 19-03-2019
Messages : 616

Re : ***_news biathlon_***

Zoe876 a écrit :

Les Russes ont dressé une liste de 24 biathlètes candidats à une place dans l’équipe nationale la saison prochaine. La liste complète n’est pas (encore?) publiée, mais on sait qu’il y a tous les athlètes vus sur la saison 2020-2021, et en plus Ekaterina Yurlova-Percht, Kristina Reztsova, Natalia Ushkina (censée aller représenter la Roumanie) et Maksim Tsvetkov. La composition finale devrait être arrêtée ce mois-ci après des examens médicaux.

On n’a toujours pas la liste complète des 24 hommes et 24 femmes sur la liste élargie et je doute qu’on l’ait un jour. Il faut écouter les infos distillés sur chacun pour avoir des pistes. Par exemple Porshnev a confirmé y être, ce qui paraît normal. Par contre dessus il n’y a ni Malinovskii ni Pashchenko, qu’on a tous les deux vus en coupe du monde cet hiver. Pashchenko a apparemment un petit passage à vide. Il n’a pas participé aux championnats de Russie, il est parti en Kamtchatka se ressourcer.

Hors ligne

#1776 10-04-2021 12:54:04

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 9 582
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

a propos de Russie ................. voici Eduard Latypov a Samara , sa ville natale, entretenir les spectateurs  avant le match Krylja Sovetov vs Dinamo Moscou
https://www.youtube.com/watch?v=X6iPb8P28aU&t=3s
------------
BLOOPER PARTY 2020/21 : https://youtu.be/1gloXJHrNvU

Dernière modification par ilcanzese (11-04-2021 14:41:03)

Hors ligne

#1777 12-04-2021 16:29:06

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 9 582
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

une LONGUE interview de Patrick Oberegger (responsable du tir de l'équipe féminine norvégienne )  a biathlon ITALIA avec google translate et GC
-------------

Depuis son arrivée à la barre de l’équipe, le biathlon féminin norvégien n’a cessé de croître en résultats. Des six podiums de la saison 2017/18, le dernier avec Patrick Oberegger toujours à la tête de l’équipe nationale italienne, il est passé à 12 en 2018/19, puis à 25 en 2019/20 jusqu’à 33 de la saison 2020/21. La dernière a été une année triomphale pour l’équipe norvégienne entraînée par l’entraîneur italien. Tiril Eckhoff a remporté 13 courses de la saison, touchant le record de 14 qui appartient à Forsberg, est venu la victoire du général de la Coupe du Monde avec Eckhoff devant Røiseland, des coupes de spécialité sprint et poursuite toujours avec Eckhoff devant Røiseland, lasurprise de la Mass Start Cup s’est terminée à Tandrevold et bien sûr le succès en Coupe des Nations. Aux Championnats du monde de Pokljuka, deux médailles d’or et une de bronze pour Eckhoff ainsi qu’une médaille d’argent et une de bronze pour Tandrevoldsont arrivées au niveau individuel, plus le succès au relais, dans ce cas grâce également à un solide essai de Lien. Le tout sans tenir compte aussi des excellents résultats obtenus par les relais mixtes. Patrick Oberegger est très estimé en Norvège, tout scepticisme à l’idée de s’appuyer sur un technicien étranger a disparu grâce aux résultats et à la gratitude envers lui que les athlètes féminines manifestent souvent publiquement, en particulier Tiril Eckhoff.

Nous le contactons ensuite pour entendre ses impressions sur la saison dernière, alors qu’il est encore en Norvège, ne pas être en mesure de venir en Italie en raison des restrictions pour l’urgence covid. De la chaleur de sa maison, tandis qu’à l’extérieur de la fenêtre vient une chute de neige abondante qui blanchit Oslo même en avril, Oberegger nous parle de cette belle mais aussi stressante saison.
Bonjour Oberegger.
La saison a été pleine de satisfaction pour vous, mais j’aimerais tout d’abord parler d’un autre aspect, celui des nouvelles auxquelles vous avez été confrontés en raison de la pandémie. De ce point de vue, quelle saison a-t-elle été?
« Certainement très intense d’un point de vue mental. Surtout pour moi, qui ne sont rentrés en Italie toute la saison que pour cinq jours, juste pour régler quelques formalités administratives. Je me suis donc concentré uniquement sur le travail. Si dans les autres saisons au sein de notre équipe nous avions déjà l’habitude de travailler en étroite collaboration, cette année nous l’avons fait encore plus, parce qu’ici aussi il y a tellement de limites, donc les athlètes eux-mêmes ont eu peu d’occasions d’avoir des contacts sociaux avec les autres. Même lors des réunions, nous étions toujours enfermés à l’intérieur de l’hôtel sans aucun contact avec l’extérieur. Ça a été comme ça tout l’hiver. C’était difficile pour les athlètes, mais aussi pour nous les entraîneurs, car nous aussi nous aurions besoin de temps libre pour nous déconnecter, prendre une bière avec des gens d’autres équipes aussi et parler d’autres sujets qui ne sont pas nécessairement le biathlon. Cette saison, cependant, notre vie n’a été qu’un hôtel et un stade. En fin de compte, c’était un peu lourd pour nous et pour les athlètes. Heureusement ces dernières années, il a essayé une belle relation au sein de l’équipe aussi parmi nous techniciens, une belle amitié est née avec Siegfried Mazet. J’espère toutefois que la saison prochaine sera différente parce que nous nous sommes adaptés à cette situation qui nous enlève la qualité de vie. Et j’ai aussi eu de la chance, nous avons tous de la chance en biathlon parce qu’au moins nous pouvons faire du sport à l’extérieur et nous pourrions aussi travailler. À cet égard aussi, si tout s’était arrêté, cela aurait été un problème pour nos athlètes, qui ne font pas partie des corps militaires et ne peuvent gagner de l’argent que par l’entremise de commanditaires ou de prix. Personne ici ne serait sûr de son salaire tous les mois sans concourir. Nous avons donc eu beaucoup de chance de pouvoir faire notre travail. Dans une saison comme celle-ci, sans la capacité d’interagir avec le monde extérieur, je suppose que la création d’un grand environnement au sein de l’équipe était encore plus fondamentale.


« Sans aucun doute. Quand nous avons fait la réunion à Lavazè, nous ne pouvions pas interagir avec d’autres personnes ou sortir de l’hôtel au-delà de la formation. Nous avons donc organisé différents moments pour être ensemble, comme le karaoké, les quiz du soir, les défis entre les entraîneurs et les athlètes. Sturla ( Lægreid, n’est-ce pas) joue de la guitare, alors nous l’avons utilisé pour des quiz musicaux, il a joué et les équipes ont dû deviner la chanson. Même pendant l’hiver, il n’y avait jamais un manque de table pour jouer aux cartes. L’organisation de ces moments aide, sinon tout le monde est verrouillé au téléphone. Au lieu de cela, il est agréable de créer un environnement uni, même avec les skieurs. Bien sûr, tout cela fait dans le respect des règles à suivre parce que la sécurité est fondamentale ».
L’année dernière nous avons quitté les journalistes   en parlant de la réaction d’Eckhoff à une Coupe du Monde qui lui avait échappé d’un souffle. Honnêtement, après les deux premières courses à Kontiolahti, je pensais qu’elle ne s’était pas remise de la raclée de l’année précédente, au lieu de cela à partir de la deuxième semaine, c’était une marche triomphale. Comment a-t-il fait ?
« Elle a réussi à apporter à la course ce que nous avons fait à l’entraînement, ce qui était loin d’être anodin. Probablement la finale de la saison dernière l’avait un peu conditionnée au premier tour, aussi parce qu’elle s’était retrouvée en compétition immédiatement à l’endroit où elle avait quitté la Coupe du monde quelques mois plus tôt. Au fil des ans Tiril a accumulé quelques mauvais souvenirs liés à certains endroits et chaque fois qu’elle a besoin de les mettre derrière elle. Par le passé, c’était Hochfilzen pour la déception de la Coupe du Monde 2017. Puis une fois qu’il gagne et conquiert ce polygone et ce stade, il le laisse derrière lui et regarde vers l’avant. A Kontiolahti, c’était peut-être le point culminant de sa saison, parce qu’après ces deux courses, nous avons parlé pendant longtemps en essayant de trouver un moyen de sortir des problèmes mis en évidence. Déjà dans le sprint de la deuxième semaine, bien que ne gagnant pas, elle a vu une amélioration et est revenue à croire en elle-même. Puis avec la victoire dans la poursuite, elle a tout mis derrière elle. Mais il y avait aussi un autre aspect qui l’avait conditionnée dans le premier week-end.


« Je suppose que vous avez tous appris sur Tiril. C’est une fille qui aime la socialité, être en compagnie des gens. Quand nous sommes arrivés en Finlande, elle a été choquée par la situation, chaque athlète devait être seule dans sa chambre. Aussi nous, à l’équipe nationale norvégienne n’étaient pas très satisfaits de l’organisation de cette première semaine, nous ne nous sentions pas très en sécurité. Donc, nous avons toujours séjourné pour manger dans la chambre, ne jamais sortir. Cette situation l’avait envoyée en difficulté, il était difficile pour elle d’être seule dans la salle, de ne pas rencontrer les autres, de ne pas avoir un moment de socialité. Les doutes sur les difficultés du polygone de l’année précédente ont également été ajoutés aux problèmes covid. Mais quand nous en avons parlé, nous avons été en mesure de redresser la question, nous l’avions axée sur les choses importantes. Elle l’a fait, s’est déverrouillée et de là son train est parti, a commencé à voyager et ne s’est jamais arrêté.
Cette année, Eckhoff a été vraiment dominante, a augmenté ses
pourcentages encore plus loin et a trouvé encore plus de continuité. Qu’est-ce qui a changé?
« Les pourcentages au tir  sont le résultat du travail qu’il a accompli au cours des trois dernières années. Il a toujours progressivement augmenté de niveau, en prenant un petit pas dans la première année, parce que tout d’abord il a dû trouver le bon feeling. Le Tir n’est pas quelque chose que vous pouvez réglé  du jour au lendemain. Elle a aussi commencé à croire beaucoup en elle-même, en ses capacités et vous voyez. Ces choses les faisaient déjà de plus en plus souvent à l’entraînement. Mais la dernière étape a été la plus difficile, les répéter avec la même continuité, même dans la course. Vous savez, il y a beaucoup de champions à l’entraînement, mais dans la course c’est autre chose, parce que vous vous retrouvez à vivre des situations que vous ne pouvez pas reproduire loin des compétitions et de s’entraîner, vous devez être capable de s’adapter aux situations que vous trouvez, les accepter, les défier. Sa sécurité lui a permis de faire face à ces situations différemment. Vous pouvez le voir de ses yeux avant une compétition ou un polygone. Peut-être même pas vous pouvez expliquer pleinement ce changement. Qu’avez-vous dit quand Nove Mesto a mathématiquement remporté le classement général de la Coupe du monde ?


« Après la course, je suis allé la chercher au stade parce qu’elle devait effectuer le contrôle antidopage. Quand elle est monté dans le bus, elle a lancé un cri. Ce n’est pas une chose Tiril, du moins pas en ce moment, parce qu’il n’a plus les sautes d’humeur du passé, ses nombreux va-et-vient. Même quand les choses tournent mal, il y pense beaucoup, mais il ne se jette pas. Analyser la situation et comment résoudre le problème. Même quand c’est bon, il n’en fait pas trop pour s’exciter plus. À cet égard aussi, il est plus constant. De cette façon, si les choses tournent mal, il est beaucoup plus facile le lendemain de partir de zéro et de vous tirer vers le haut, parce qu’une course a mal tourné pas une saison entière. Dans ce cas, cependant, elle s’est laissé aller à ce cri. La seule chose que je vous ai dit, c’est que sans ce polygone de l’année dernière, cette déception vécue à Kontiolahti, aujourd’hui vous ne profiteriez pas de cette victoire si profondément. Quand nous sommes revenus à l’hôtel, nous avons presque immédiatement eu une réunion avec toutes les filles, comme vous le faites toujours pour parler de la course. Je suis allé l’appeler dans la chambre et je l’ai trouvée sur le lit en train de pleurer comme une petite fille. À ce moment-là, il a dû débloquer tout en elle, parce qu’à son arrivée, elle n’avait même pas remarqué qu’elle avait gagné la Coupe du Monde. Nous n’avions pas fait de calculs, parce que nous avions dit que nous ne les ferais qu’à la veille de la dernière étape. Elle a seulement découvert qu’elle avait gagné la coupe quand elle a été interviewée après la course. Il a ensuite tout accompli par la suite. Ces larmes étaient belles, parce que je pense que la Coupe du monde est la meilleure pour chaque athlète, car cela signifie être constamment le meilleur toute la saison, pas seulement dans une course comme la Coupe du monde.
L’autre côté de la médaille est Mars
Olsbu Røiseland. Elle visait également la Coupe du Monde, mais dans la seconde moitié de la saison, elle a été clairement battue par Eckhoff. Certains pensent que c’est un peu une déception de la saison. Que pensez-vous de votre millésime ?
« C’est la même chose que tant de gens disent sur Johannes Bø, mais personne ne regarde la constance mars a eu toute la saison. Allons voir combien de top 10 il a fait. Honnêtement, moi en tant qu’entraîneur ne peut être heureux avec sa saison parce que s’il n’avait pas gagné Tiril, la coupe serait allé à Mars. Mon but était précisément qu’une Norvégienne gagne la coupe. Tous deux méritaient cette satisfaction, même après ce qu’ils avaient fait la saison dernière. Cette année Tiril avait quelque chose de plus, il était imbattable, bien que Mars a réussi à tirer mieux que l’an dernier. Je dois admettre, cependant, qu’après la pause de Noël, ce n’était pas le Mars habituel, d’autant plus que la deuxième semaine oberhof il semblait qu’il lui manquait quelque chose, ce qui a influencé toute sa performance un peu. Peut-être qu’il a payé trop cher pour gagner le classement général, comme je pense que Hanna öberg l’a fait aussi. Mars a probablement trop réfléchi à ce dossard jaune, quelque chose qui peut emporter beaucoup d’énergie au cours de la saison. En ce sens Tiril était plus calme, elle était entrée dans l’ambiance de bien faire course par course, consciente qu’alors le général serait la conséquence logique de tout cela. Mais au-delà de cela, Mars a eu une saison extraordinaire, d’une constance impressionnante. En fin de compte, quand il a vu qu’il n’était plus possible de gagner la coupe, il n’a toujours pas abandonné, il voulait que nous gagnons au moins une course et il l’a fait. C’était important pour elle d’être la meilleure à nouveau. Comment va la relation entre les deux ?
« Ce qui m’a le

plus plu, c’est de voir le respect entre ces deux filles. Même s’ils se battaient pour les mêmes objectifs et avaient des ambitions égales, hors de la piste, ils étaient toujours respectueux les uns des autres, ils avaient un dialogue constant toujours dans les bonnes tonalités. Ensuite, sur la piste, vous êtes rivaux et c’est vrai. Aucun d’entre eux n’a jamais sauté un relais ou fait quoi que ce soit qui pourrait créer des discussions dans l’équipe, en effet leur attitude a contribué à créer un groupe et mieux insérer les deux jeunes Lien et Knotten. Ils ont mis de côté leurs intérêts personnels pour le bien de l’équipe. J’ai adoré cela et même en ce sens Mars était très bon, elle a accepté que Tiril avait plus qu’elle cette année ». Nous parlons aussi de Tandrevold, un autre athlète qui s’est confirmé en croissance, malgré cette frayeur à Oberhof, remportant même la coupe de la spécialité de mass start.


« J’ai beaucoup parlé à Ingrid ces derniers jours en donnant le rapport de la saison. Je lui ai dit que dans l’attitude elle est très similaire à Dorothée (Wierer, nd), parce qu’elle est si impulsive et sortante. Parfois, elle a tendance à parler avant même de penser, elle est chaude, elle a un fort tempérament. Je lui ai aussi dit qu’elle avait l’air presque italienne (rires, n.ed). Nous parlons d’une athlète encore jeune, qui n’a que 24 ans, mais déjà depuis plusieurs saisons, elle a toujours été là dans le top 10. Cette année, il a connu des hausses et des bas comme toujours, également liés à la santé, mais il a eu la capacité constante de toujours sortir de problèmes plus forts qu’avant. Quand c’était important, nous avons vu la meilleure Ingrid de la saison en pourcentages et en forme. Il a encore 24 ans et il a un long chemin à parcourir. Les bas et les bas font partie de la croissance d’une jeune athlète, bien qu’elle ne veuille pas l’entendre. Elle est très déterminée, avec des idées claires et parfois sa tête est un peu trop chaude pour ce que le biathlon demande, quand elle voit et sent la chance d’obtenir un grand résultat, elle oublie un peu sur le travail fait pour y arriver. Bien sûr, c’est quelque chose sur quoi travailler. Elle est différente de Tiril, qui est en fait une fille très réfléchie, pense-t-elle bien avant d’agir. Au lieu de cela, elle est si impulsive, elle fait partie de ce groupe d’athlètes qui peuvent faire n’importe quoi ou rien et vous exiger autant en tant qu’entraîneur, mais sur qui il vaut la peine d’investir leurs énergies parce qu’ils peuvent vous donner une grande satisfaction. Ingrid a le tempérament d’être un sportif, avec le bon travail qu’elle peut rattraper pour tout manque et faire des résultats.
Passons au reste du
groupe. Personnellement, j’ai été agréablement impressionné par l’impact de Lien, surtout à la Coupe du monde de Pokljuka.
« Ida en était à sa première année avec nous et je n’avais pas connu de grandes attentes, même si j’étais consciente de son potentiel. Il avait déjà gagné en Coupe IBU l’an dernier et connaissant son passé d’homme de cross-country, je savais qu’il avait un excellent moteur. C’était important pour nous d’améliorer le tir et là ça me surprend, parce que ça apprend très vite, même s’il part presque de zéro. Lors de la Coupe du Monde à Pokljuka, nous avons d’abord dû aller dans le relais avec Knotten, qui malheureusement n’était pas arrivé en Slovénie dans son meilleur état, alors nous l’avons déployée. Dans une situation stressante, compte tenu des attentes de l’équipe, Ida a montré qu’elle pouvait gérer la pression, elle est restée calme et calme. Je pense qu’il peut devenir très compétitif. Bien sûr, il y a encore du chemin à parcourir, mais elle est très bien entrée dans le groupe. C’est agréable de travailler avec un athlète comme ça. Karoline (Knotten, nd) en était également à sa première année avec nous. C’est une excellente puller, mais elle a eu plusieurs haut et bas dans la performance de ski. C’est une biathlète complète qui sait être prête. Tu pourrais la réveiller à 2 h du matin.m et lui dire tout à coup qu’elle doit faire un relais et qu’elle y va. Malheureusement, il n’était pas bien à la Coupe du Monde. Elle est également monté sur le podium cette année, mais même cette situation que nous avons dû gérer bien, car parfois un athlète peut penser trop tôt qu’il est déjà à un certain niveau parce qu’il a réussi à terminer troisième de la Coupe du monde, imaginez-vous plus haut qu’il ne l’est réellement. Cependant, cette fille travaille beaucoup, elle est professionnelle et je suis convaincu qu’elle va enlever de nombreuses satisfactions. Quant à Emilie Kalkenberg, elle a eu un problème physique en début de saison, donc en janvier nous l’avons envoyée à la Coupe IBU et elle est revenue à la Coupe du Monde après les excellents résultats d’Obertilliach. À Östersund, il a obtenu les meilleures finitions de sa carrière. Une grande finale de saison.
Il sera également l’entraîneur
des mêmes athlètes pour la saison prochaine. L’objectif est de donner une continuité à l’œuvre ?
« Je dois dire dis-le facile de faire confirmer l’équipe. Au début de la saison, j’avais immédiatement demandé à mon responsabilo d’avoir l’occasion de travailler avec les mêmes filles pendant plus d’une saison, car nous avions deux nouveaux athlètes dans un groupe et cela prend du temps. Je veux dire, je voulais les entraîner jusqu’à la saison olympique. En fin de compte, cependant, il n’était pas nécessaire d’en discuter non plus, car ces six athlètes ont été les meilleurs athlètes. J’ai hâte de partir avec eux sous peu. Est-ce que les sites seront sur les Jeux olympiques la saison prochaine?


« Il y aura certainement ceux d’entre eux qui donneront la priorité aux Jeux olympiques, mais il est important que certains athlètes essaient de bien faire tout d’abord la saison. Surtout les jeunes femmes ont besoin de grandir et d’acquérir de l’expérience plutôt que d’obtenir la médaille ou le résultat. Il est important d’apprendre à tenir toute une saison entre les voyages et de nombreux engagements, à grandir course par course. Quoi qu’il en soit, je dois encore parler à tout le monde, alors nous n’avons pas encore fixé de priorités. Peut-être que ceux qui ont déjà remporté autant de médailles mondiales pourraient être grandement stimulés par l’objectif olympique.
L’année dernière, vous êtes venu en
Italie en octobre pour vous entraîner à Lavazè. Étant donné que les Jeux olympiques sont à haute altitude, allons-nous vous revoir dans notre pays?
« Pour nous, Lavazè était un rassemblement très important. Au-delà du travail physique, il était essentiel de travailler en altitude même au tir. Nous avons passé un très bon moment là-bas et nous y retournerons certainement en octobre. En fait, un rassemblement était également prévu en juin ou juillet, mais pour le moment nous n’avons aucune certitude, nous devons voir comment la pandémie évolue. Certes, Lavazè a été pour nous la meilleure période d’entraînement de la saison et nous avons aussi eu la chance de trouver la neige. Ici, en Norvège, nous n’avons pas la possibilité de nous entraîner à cette altitude. C’est pourquoi nous visons deux ou trois stages de ce genre, mais malheureusement nous devrons aussi faire face à la réalité, alors voyons ce qui sera faisable ou non. Malheureusement, nous ne pouvons pas prendre une voiture et y aller, comme cela arrive peut-être aux équipes alpines. L’Italie est une destination très appréciée par nos athlètes, non seulement pour l’altitude, mais aussi pour la météo et surtout en automne pour la lumière. Avoir une journée plus longue aide aussi beaucoup mentalement.

Dernière modification par ilcanzese (12-04-2021 16:37:25)

Hors ligne

#1778 12-04-2021 20:26:17

Zoe876
Membre
Inscription : 19-03-2019
Messages : 616

Re : ***_news biathlon_***

ilcanzese a écrit :

L’Union internationale de biathlon (IBU) a reçu une demande de transfert de Natalia Dosova de l’équipe nationale russe à l’équipe roumaine et la vérifie actuellement conformément à la constitution de l’organisation, a indiqué RIA Novosti au service de presse de l’IBU.
https://www.fondoitalia.it/fileadmin/ar … tagram.jpg
Sushkina, qui a eu 24 ans en septembre, a décidé de changer sa citoyenneté et de concourir  pour la Roumanie en raison de son désir de se rendre aux Jeux Olympiques de 2022 en Chine. En avril, le biathlète a remporté une médaille d’or dans la  poursuite aux Championnats de Russie.
« En ce qui concerne le changement de citoyenneté, nous avons reçu une demande formelle et la vérifions actuellement conformément aux principes énoncés dans la constitution de l’IBU », a déclaré le service de presse.
En novembre, l’IBU a resserré les règles de changement de la citoyenneté sportive chez les biathlètes. L’un des points indique que si un biathlète doit jouer pour une autre équipe nationale après 15 ans, il doit prouver des liens étroits avec ce pays. ( siffle )

Pas de Dosova ni de Sushkina, il s’agit bien de Natalia Ushkina qui a brillé aux championnats de Russie en remportant 3 médailles. wink

Hors ligne

#1779 12-04-2021 21:36:27

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 9 582
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

tu a raison  (j'enlève l'autre )  il y a un bug , l'auteur a écrit le bon nom mais je ne sait pas pourquoi il y a eu ce probleme de faux nom une fois traduit en français 
--------------------------------
Le bureau de presse de l'IBU a informé le site Web russe Rsport.ria qu'il a reçu une demande officielle de transfert de Natalia Ushkina de l'équipe nationale russe à l'équipe roumaine, qui est actuellement en cours de vérification conformément au statut de l'organisation.
natalia_ushkina_foto_instagram.jpg


"En ce qui concerne le changement de citoyenneté, nous avons reçu une demande officielle et nous la vérifions actuellement conformément aux principes établis dans la constitution de l'IBU", a déclaré le service de presse de l'organisation à Rsport.ria .

Ushkina, âgé de 24 ans, a décidé de changer de nationalité et de jouer pour l'équipe nationale roumaine avec le désir de se qualifier pour les Jeux Olympiques de 2022 en Chine. En avril, la biathlète a remporté une médaille d'or à la poursuite du championnat de Russie, remportant d'autres médailles également au sprint et au départ de masse, faisant regretter la Russie, qui l'a incluse dans la liste de pré-équipe de l'équipe nationale, après ne jamais l'avoir envisagée pendant des années.

Il appartiendra désormais à l'IBU de décider de donner ou non son consentement à ce changement de nationalité.

Dernière modification par ilcanzese (12-04-2021 21:55:16)

Hors ligne

#1780 12-04-2021 22:57:28

Anna29
Membre
Inscription : 09-12-2012
Messages : 3 912

Re : ***_news biathlon_***

Le cas de Shamaev est également étudié, il a sa nationalité roumaine

A propos de jeunes qui arrivent dans l'équipe (référence à l'article sur le coach italien des norvégiens), le groupe tchèque devrait inclure des juniors chez les femmes. Ils anticipent 2024 et Gjelland aimerait bosser plus que quelques semaines en fin d'été avec elles


On ne nait pas Breton, on le devient, à l’écoute du vent, du chant des branches, du chant des hommes et de la mer (X. Grall)

Hors ligne

Pied de page des forums

Espace privé | Tous droits réservés - © BiathlonFrance 2006-2021