#1301 19-04-2020 20:20:12

Zoe876
Membre
Inscription : 19-03-2019
Messages : 616

Re : ***_news biathlon_***

Martin Fourcade a reçu le globe de cristal de JT Boe!

https://www.lequipe.fr/Biathlon/Actuali … de/1127981

Hors ligne

#1302 19-04-2020 21:21:42

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 440
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

Zoe876 a écrit :

Martin Fourcade a reçu le globe de cristal de JT Boe!

https://www.lequipe.fr/Biathlon/Actuali … de/1127981

une preuve de plus que a l'IBU  marchent sur la tète respecthttps://biathlonlive.com/divers/quand-m … VaapF7NDl4
j'avais mis la news  mais sans préciser

Hors ligne

#1303 20-04-2020 12:12:26

bertin
Membre
Inscription : 12-12-2011
Messages : 313

Hors ligne

#1304 20-04-2020 12:18:17

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 440
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

je laisse la version "original" 
a noter que contrairement a l'opinion de Johannes  mêmes  certains  jeunes   n'aiment pas ce nouveau format
Tommaso Giacomel  le déteste  tout court smile et pourtant  c'est un très bon tireur et  TRÈS  rapide !
===============================
Les équipes nationales chinoises de ski de fond et de biathlon quittent la Norvège

Le projet Meråker s'est terminé après deux ans, mais les entraîneurs qui dirigeront les équipes chinoises seront toujours norvégiens; Cependant, Hetland reste à la maison et se lie à l'Université de Trondheim

Les équipes nationales chinoises de ski de fond  et de biathlon quittent la Norvège et feront le travail nécessaire à domicile pour mieux se préparer pour les Jeux olympiques de Pékin de 2022. annonce le  site Trønder-Avisa

Les Chinois ont décidé de ne pas prolonger le contrat avec le lycée Meråker , qui a commencé en 2018 et s'entraînera davantage en Chine mais toujours avec des entraîneurs norvégiens. «Nous avons conclu l'accord avec la Chine en avril et ne sera pas prolongé. La Fédération chinoise veut avoir plus de contrôle sur ses athlètes, qui resteront donc plus longtemps dans leur pays. Ils veulent cependant des entraîneurs norvégiens qui sont en Chine ", a déclaré Bjørg Sissel , directeur du lycée de Meråker.

Le projet a été lancé en 2018 dans le cadre de l'initiative chinoise de remporter de nombreuses médailles aux Jeux olympiques d'hiver de 2022. Plus de quarante athlètes du ski de fond  et de biathlon ont participé au programme.

Par conséquent, Tor Arne Hetland , qui était le directeur sportif de l'initiative, ne continuera pas dans son rôle . L'ancien athlète et entraîneur de l'équipe nationale norvégienne, véritable héros du ski de fond en Norvège, bien que très recherché à l'étranger, a en tout cas décidé de rester chez lui en se liant au Studentsamskipnaden de Trondheim .
(google translate)

Dernière modification par ilcanzese (20-04-2020 16:05:00)

Hors ligne

#1305 21-04-2020 14:17:24

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 440
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

best FAST moment in Antholz : https://youtu.be/3elgCoJ8Arc
-
les équipes de Suède 2020/21

Hanna Öberg, Piteå (1995)
Anna Magnusson, Piteå (1995)
Elvira Öberg, Piteå (1999)
Mona Brorsson, Finnskoga (1990)
Johanna Skottheim, Lima (1994)
Linn Persson, Bore (1994)
Stina Nilsson, Lima (1993)

**************
Peppe Femling, Piteå (1992)
Jesper Nelin, Piteå (1992)
Martin Ponsiluoma, Tullus (1995)
Sebastian Samuelsson, I21 IF (1997)
Malte Stefansson, Oxbergs IF (2000)
--------------------------------
Les athlètes continuent leurs jugements pas trop positifs concernant l'inclusion du super sprint dans la phase finale de la prochaine Coupe du monde. Après Johannes Bø, en effet, Sebastian Samuelsson a également pris la parole , dans une interview avec le diffuseur suédois SVT Sport .

Le format est très particulier, car il repose presque exclusivement sur la vitesse d'exécution du tir et bien sûr la précision. Dans la qualification contre-la-montre avec départ individuel, les athlètes effectuent trois tours d'un kilomètre avec deux séries de tirs, l'un au sol et l'autre debout, dans lesquels ils ont une recharge et un éventuel tour de pénalité de 75m. Les trente meilleurs athlètes classés se qualifient pour la finale, qui se déroulera avec une course de départ en masse sur quatre polygones. Ensuite, cinq tours d'un kilomètre, deux sets au sol et autant de positions debout, une recharge à utiliser par set et un tour de pénalité de 75 mètres.

Samuelsson n'a pas critiqué le format autant que son inclusion dans la phase finale à Holmenkollen:«Je pense que c'était un peu étrange de le mettre à la fin de la Coupe du Monde, quand tout sera décidé, puisque nous n'avons jamais rivalisé avec ce format à un tel niveau. Je pense que c'est une course très difficile, car il y aura un risque élevé de tirer et aussi de casser des bâtons. Ce serait triste si quelque chose de particulier décidait de la Coupe du monde » . Dans l'interview avec SVT, le Suédois a ensuite poursuivi: «Je pense que c'est une étape dans la voie prise pour rendre le biathlon plus intéressant. Mais j'aurais préféré voir cette course le premier week-end de la Coupe du monde ou qui avait été essayée avant qu'elle ne devienne si importante » . Samuelsson doit encore essayer quelque chose comme ça:«Je pense que je l'ai essayé une fois quand j'étais jeune. En revanche, de nombreuses compétitions estivales, qui sont sur des skis à roulettes, ont tendance à être dans ce format. On fait ça à l'entraînement mais je ne l'ai jamais vraiment fait en course » .

SVT a également déclaré à l'athlète que le super sprint pourrait même remplacer une course de distance à l'avenir (l'individu? ND) et des discussions entre l'IBU et le CIO sont déjà en cours pour changer quelque chose dans le programme olympique. "Les courses à distance sont au cœur du biathlon - a déclaré Samuelsson - nous avons maintenant trois courses à distance et il serait dommage que nous en perdions une. Je pense que c'est un excellent format de course et doit toujours être présent au programme ». (google translate)

Dernière modification par ilcanzese (22-04-2020 08:43:05)

Hors ligne

#1306 22-04-2020 12:23:08

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 440
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

Une place dans le calendrier qui ne plait pas à tous, mais aussi le format souvent réduit à un concours de tir comme nous confiait Caroline Colombo juste avant d’entamer l’hiver précédent…

“Pour être honnête, le super sprint, je n’ai pas du tout aimé. J’avais l’impression d’être au ball-trap, les filles allumaient les cibles sans viser en espérant que ça tombe. Ça dégradait l’image que j’ai du tir dans le biathlon et puis les distances sont courtes mais le temps d’attente entre la qualification et la finale est très long, c’était épuisant. J’espère ne plus en refaire, je n’ai pris aucun plaisir à y courir.“ (biathlon live)

Hors ligne

#1307 22-04-2020 12:47:49

Antho
Banni(e)
Inscription : 12-12-2017
Messages : 783

Re : ***_news biathlon_***

ilcanzese a écrit :

Une place dans le calendrier qui ne plait pas à tous, mais aussi le format souvent réduit à un concours de tir comme nous confiait Caroline Colombo juste avant d’entamer l’hiver précédent…

“Pour être honnête, le super sprint, je n’ai pas du tout aimé. J’avais l’impression d’être au ball-trap, les filles allumaient les cibles sans viser en espérant que ça tombe. Ça dégradait l’image que j’ai du tir dans le biathlon et puis les distances sont courtes mais le temps d’attente entre la qualification et la finale est très long, c’était épuisant. J’espère ne plus en refaire, je n’ai pris aucun plaisir à y courir.“ (biathlon live)

Si je comprends bien depuis qq jours, tu nous cite toute la liste des sportifs qui disent que ce format supersprint est nul.

On va rire quand on verra les 3 du podium montrer leur joie.

Hors ligne

#1308 22-04-2020 12:57:07

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 440
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

ce format est nul  tout court smile   avoir les impressions de Caroline Colombo que  a fait la SS aux championnats d'Europe et elle fini le commentaire avec: "les distances sont courtes mais le temps d’attente entre la qualification et la finale est très long, c’était épuisant. J’espère ne plus en refaire, je n’ai pris aucun plaisir à y courir.“
pour moi c'est l’évidence même: course de 8 minutes, tu ne gagne rien ou presque sur la piste donc tu mise tout sur le tir  sa rentre ou ......................... pas  une loterie et certes pas un format digne de la coupe du monde

Hors ligne

#1309 22-04-2020 13:47:49

Chezkele
Membre
Inscription : 09-02-2014
Messages : 35

Re : ***_news biathlon_***

Concernant l'introduction du relai mixte, puis du single mixte, la baisse du nombre d'individuels et la hausse du nombre de départs en ligne ("mass starts"), etc... : perso cela me donne parfois envie d'arrêter de regarder le biathlon alors que je suis la coupe du monde depuis 1998. Déjà, je ne regarde pas le single mixte et je constate que ces "nouveautés" ont un impact négatif sur le côté spectaculaire des compétitions (on a déjà vu des équipe B sur le relai mixte, ou des coureurs ne pas se donner volontairement à fond; la multiplication de la proportion de sprints favorise les skieurs; etc...).
Donc si le but est de rendre le biathlon plus attractif, c'est raté dans mon cas. Après, il est vrai que je ne représente que moi-même.

Hors ligne

#1310 22-04-2020 13:57:27

Chezkele
Membre
Inscription : 09-02-2014
Messages : 35

Re : ***_news biathlon_***

Antho a écrit :

Par exemple, les puristes aiment bcp l'individuel alors qu'on entend régulièrement des biathlètes (JT Boe en tête) dire que ce n'est pas leur format préféré.

Dans son cas, c'est particulièrement peu étonnant: il peut se permettre d'être devant sur les sprints tout en faisant des fautes alors que les autres n'en font pas (l'intérêt de ce format est limité en ce moment chez les hommes). Alors que si l'on regarde le bilan de l'individuel de la saison dernière: M. Fourcade a battu J. Boe lors de deux courses sur trois. Avec les programmes d'autrefois, le jaune n'aurait peut-être pas été sur les mêmes épaules en fin de saison.
De même, une athlète comme Neuner a gagné 18 sprints, 7 poursuite, 8 départs en ligne ("mass start") et... 1 individuel. Même sur les ski, elle n'avait pas du tout la même marge que sur les sprints lors des individuels.
Le bilan est aussi frappant pour Bjoerndalen, alors qu'à l'opposé un M.Fourcade a gagné autant d'individuels que de départs en ligne.
Le tir a une importance plus grande lors de l'individuel, et la distance sollicite des qualités différentes sur les skis. Voilà ce qui fait l'intérêt de cette course.

Dernière modification par Chezkele (22-04-2020 14:00:06)

Hors ligne

#1311 22-04-2020 16:21:49

bertin
Membre
Inscription : 12-12-2011
Messages : 313

Re : ***_news biathlon_***

Bonjour

A lire jusqu au bout , intéressant
https://www.nordicmag.info/biathlon-sie … enir-0422/

Hors ligne

#1312 22-04-2020 19:05:22

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 440
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

l'individuel c'est la précision au tir et  la gestion de l'effort !  un format complet  que récompense le meilleur athlète de la journée et pas le    "Steven Bradbury" de tour  smile
-
petit come back sympa:  https://youtu.be/4wV-CEK3wMc

Dernière modification par ilcanzese (23-04-2020 10:50:58)

Hors ligne

#1313 23-04-2020 17:59:16

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 440
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

Elle a été confirmée en tête du circuit de la Coupe du monde féminine , se battant jusqu'au bout pour la victoire au classement général. Hanna Öberg a remporté de nombreuses satisfactions, remportant une course de la saison, le départ groupé de Pokljuka, mais y ajoutant également quatre secondes et deux troisièmes places, dont une aux Championnats du monde à Anterselva, réussissant également à remporter la coupe de spécialité de la « individu. La Suédoise a raté le coup dans le grand événement, qu'elle a réussi aux Jeux olympiques de PyeongChang et à la Coupe du monde d'Östersund, quand elle a remporté à deux reprises l'or en individuel et l'argent en relais.

Pourtant, ce fut une saison qui aurait pu tourner d'une manière totalement différente et même devenir triomphante s'il n'avait pas perdu quelques courses, en particulier pendant la Coupe du monde d'Anterselva, avec des erreurs qui arrivaient toujours lorsque la médaille était maintenant au coin de la rue. Le joueur de vingt-quatre ans qui habite à Östersund s'est beaucoup amélioré sur les skis, mais a perdu quelque chose dans les pourcentages de tir. "Dans l'ensemble, je suis très satisfait de ma saison - a déclaré le suédois à Expressen - je sens que je me suis établi à un niveau élevé".

Cette année, les Suédois ont également dû apprendre à vivre avec la plus grande attention des médias, résultat des excellents résultats déjà obtenus les années précédentes.«Cet hiver, il y a eu plus d'attention médiatique à mon égard, je m'en suis occupé même lorsque je ne jouais pas les grandes courses. Même à ces occasions, tout le monde voulait me parler et c'était une nouvelle situation. J'étais bien préparé pour cela, même si ce n'est certainement pas amusant d'être là pour répondre aux questions lorsque les choses ne se sont pas très bien passées. Mais au final ce n'est même pas une mauvaise chose, car en même temps je veux moi aussi donner mon avis sur la course » .

L'arrivée de Stina Nilsson dans le monde du biathlon pourrait peut-être détourner l'attention des médias:«Je suis presque sûre que Stina s'améliorera assez rapidement, donc ce sera excitant de voir si elle sera avec nous en Coupe du monde dès le début de la saison. Ce n'est pas facile de le rejoindre, car déjà une assez bonne équipe. Stina pourrait détourner une partie de mon attention, mais en même temps apporter encore plus sur le biathlon. C'est une très belle chose . "

Le porte-gobelet individuel est convaincu que Stina Nilsson a pris la bonne décision.«Je pense qu'elle a fait de son mieux, ce sera super amusant pour elle. Le biathlon vous offre une autre émotion par rapport au fond, due à la composante du tir, lorsque vous vous tenez là sur le dernier tir avec tout ce que cela signifie. Je comprends donc très bien pourquoi Stina Nilsson a changé de sport, il est en effet étrange que d'autres n'aient pas compris à quel point c'est amusant » .

Bien que tous deux soient à Östersund , les deux athlètes ne s'entraînent pas ensemble: «Je ne me suis pas trop entraînée au cours des dernières semaines, mais je l'ai vue à plusieurs reprises tirer. Je sais qu'il tire 1200 photos par semaine, ce qui est beaucoup. Mais il ne gardera probablement pas cette moyenne chaque semaine jusqu'en novembre, il en fera moins quand il commencera à être sérieux avec la préparation physique. Et si j'ai déjà tiré 1200 coups par semaine? Je n'en suis pas sûr, mais au fil des ans, il y a eu des semaines où j'ai beaucoup tourné. Quels conseils puis-je lui donner? Je ne l'ai pas encore fait, mais nous aurons certainement un grand échange de vues à l'avenir » .
google translate

Hors ligne

#1314 27-04-2020 08:17:05

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 440
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

BIATHLON – Comment s’entraîner en altitude quand on habite un pays sans haute montagne et qu’on ne peut pas voyager en raison du Covid-19 ? La chambre à hypoxie offre cette possibilité. Mais elle est interdite en Norvège. Johannes Boe réclame une dispense.

La chambre à hypoxie va-t-elle remplacer les stages à la montagne que le coronavirus rend compliqués à organiser du fait de la fermeture des frontières ?

L’équipe de France a régulièrement recours à ce système qui permet de générer, de manière artificielle, un environnement hypoxique en simulant l’altitude. Le Centre national de ski nordique (CNSNMM) de Prémanon est équipé. Habituellement, l’athlète dort dans la chambre à hypoxie, profitant ainsi des heures de sommeil pour s’acclimater à l’altitude ou obtenir les bienfaits qui y sont associés ; c’est ce qu’on appelle le “live hight – train low” ou “vivre en haut – s’entraîner en bas”.

En Norvège, c’est interdit. En pleine crise sanitaire, l’ex-fondeur Petter Northug mais aussi Johannes Thingnes Boe, a réclamé une levée de cette prohibition. « C’est une discussion que de nombreux compétiteurs souhaitent depuis de nombreuses années. La situation mondiale a maintenant changé avec la limitation des lieux où nous pouvons voyager. Nous devons nous adapter à la réalité dans laquelle nous vivons », explique le numéro 1 mondial de biathlon à nos confrères de TV2. « Nous ne devons pas être moins bien préparés que nos adversaires concurrents. Il y a donc de nombreux arguments en faveur de la révocation, estime », complète le jeune père de famille de 26 ans. Au moins réclame-t-il de pouvoir procéder à un essai.

À titre personnel, il apprécierait en outre de ne pas s’éloigner de sa petite famille durant trois semaines, juste pour prendre de la hauteur. « Si j’avais 20 ans et était célibataire, je choisirais bien sûr de m’entraîner dans les Alpes italiennes », précise-t-il. Des arguments qui n’ont pas convaincu le président du Norges Idrettsforbund, Berit Kjøll. Pour lui, aucun argument, même pas le Covid-19, n’impose actuellement un changement de la situation. Une sorte de fin de non recevoir. Car c’est ce conseil des sports qui a imposé l’interdiction, c’est donc lui qui la compétence pour décider d’une dispense.
-
nordic magazine

Dernière modification par ilcanzese (27-04-2020 08:27:16)

Hors ligne

#1315 27-04-2020 11:05:45

Antho
Banni(e)
Inscription : 12-12-2017
Messages : 783

Re : ***_news biathlon_***

Quels sont les arguments du ministère des sports de la Norvège quant à cette interdiction ?

Hors ligne

#1316 28-04-2020 16:14:04

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 440
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

Elle a été la première véritable pionnière du biathlon féminin italien , avec trois succès en Coupe du monde récoltés entre les années 90 et le début des années 2000 et cinq participations aux Jeux. Près de quinze ans après sa retraite, Nathalie Santer s'est entretenue avec OA Sport , informant le grand public de sa situation actuelle et peut-être même retirant quelques cailloux de la chaussure de la fameuse phase finale de sa carrière quand il est allé représenter les couleurs de la Belgique, laissant à contrecœur les bleus.

Nathalie, comment avance ta vie dans cette situation difficile? Nous savons que vous avez toujours eu une passion pour les chevaux et après votre retraite, vous avez évolué pour gérer une bonne école d'équitation
«Exactement, je suis moins à la maison que les autres simplement parce que j'ai beaucoup de travail avec les chevaux. Comme les propriétaires ne peuvent pas venir, c'est à nous de les faire bouger et donc je passe mes journées dehors, j'ai de la chance! J'ai toujours eu cette passion depuis que je suis enfant. Pendant le biathlon, j'ai dû les laisser de côté, mais dès que j'ai terminé ma carrière, je suis retourné m'occuper d'eux ".

"Après ma carrière, je suis entré dans l'organisation du Tour de Ski à Dobbiaco pendant plusieurs années et je suis toujours technicien délégué pour les compétitions de ski de fond, où j'ai commencé avant de passer au biathlon vers l'âge de 17 ans".


Avez-vous suivi les matchs à domicile de la Coupe du monde cette année? Quelle race vous a le plus excité?

«Les courses à Anterselva ont toujours été spéciales, courir à la maison est difficile mais c'est bien parce que vous avez tous vos amis et parents avec qui partager des émotions. À cet égard, je dois féliciter Dorothea pour ce qu'elle a réussi à faire! J'ai suivi tout l'événement, quelques courses auxquelles j'étais présent sur place à Anterselva, le reste par téléphone ou autrement. C'étaient toutes des courses spectaculaires, impossible d'en choisir une seule! ".

En jetant un œil sur le passé, lorsque vous avez remporté les premières courses de la Coupe du monde à Bad Gastein en 1993, le biathlon était un sport profondément différent, à tel point que vous avez remporté l'Individuel avec plus de deux minutes à la deuxième place. Quelles différences trouvez-vous avec la discipline devenue aujourd'hui?

«Lors de mes premières courses, nous sommes allés très lentement au stand de tir, nous avons eu le temps de tirer et nous sommes restés sur le terrain pendant une minute et encore plus juste en essayant d'attraper les cibles, alors que nous avons maintenant atteint environ 20 secondes. J'ai eu la chance de passer tout le développement du biathlon, j'étais mieux dans le domaine skiable et quand j'ai atteint les cibles que j'ai gagnées, puis avec les Allemands Glagow et Henkel tout a changé, ils visaient le tir et quand ils se sont améliorés sur des skis nous n'avons plus eu tellement de chances! Maintenant, il faut être complet entre les skis, les pourcentages et la vitesse d'exécution. Même au niveau des médias, l'intérêt était minime ici, j'étais presque plus connu en Allemagne et en Norvège qu'en Italie ".

Et la troisième victoire est survenue six ans plus tard à Ruhpolding. À quel point était-il important pour vous de tenir bon pendant ces années hautes et basses et de voir ensuite vos efforts récompensés par ce triomphe?


«Quand j'ai commencé, c'était facile pour moi, je suis immédiatement allé vite et j'ai gagné. J'ai été l'une des premières filles à pratiquer le biathlon, en 1992, c'était la première fois que des femmes pouvaient participer aux Jeux et de nombreuses nations étaient loin derrière et il me manquait également complètement une équipe féminine, à tel point que je me suis entraînée plus avec les hommes. Cela rend encore plus beau de voir qu'aujourd'hui, il n'y a pas seulement un athlète vainqueur mais une équipe entière en bonne santé. Au cours des années suivantes, nous avons changé de nombreux entraîneurs et, par conséquent, les résultats ont également échoué, je pense que le changement constant même lorsque les choses ne vont pas bien est la pire chose que vous puissiez faire. Il faut s'accrocher et trouver un chemin ensemble. En ce sens, le conseil que je donne à Dorothea est le même, si vous avez une bonne équipe derrière vous, ne le changez jamais. "

Que pensez-vous de la transition cool de Stina Nilsson au biathlon? Pensez-vous qu'il puisse suivre les traces de Forsberg?

«À mon avis, oui, parce que les décisions ne sont pas prises à la légère, elle était vraiment forte au fond et a laissé une discipline où elle était gagnante pour une situation incertaine. Le biathlon est très fascinant car vous n'avez aucune certitude. En bas si vous êtes fort vous l'êtes toujours, alors qu'en biathlon vous pouvez être devant et le lendemain, même si la forme est la même, vous pouvez aussi être parmi les derniers! Vous n'atteignez jamais une limite, vous pouvez toujours vous améliorer et vous n'arrêtez jamais d'apprendre ".

En ce qui concerne les Jeux olympiques, étant donné que vous avez joué cinq éditions et qu'elles reviendront en Italie vingt ans après Turin 2006, quels sont les souvenirs que vous gardez le plus jalousement?

« La première à Albertville 1992 a été excitante parce que mon rêve de participer aux Jeux s'est réalisé et que je me suis aussi approché de la médaille. La plus belle édition, cependant, fut Lillehammer 1994, où l'atmosphère réelle d'une Olympiade se faisait sentir car dans les autres nous étions un peu trop dispersés. Là, en Norvège, les disciplines étaient toutes proches, même les gens pouvaient passer entre des événements se déplaçant à pied et camper à proximité avec des tentes .

Enfin un peu de réflexion sur votre passage en équipe nationale belge.

«J'aurais aimé finir avec l'Italie. Je ne voulais toujours pas arrêter de concourir et en Italie nous voulions créer un groupe avec des jeunes, à ce moment j'étais trop "vieux" pour eux et donc, comme j'avais un double passeport, j'ai changé pour pouvoir continuer à concourir. Ce fut une décision vraiment difficile à prendre, mais l'Italie ne m'a même pas donné l'occasion de m'entraîner seule, puis d'essayer de me qualifier à l'automne pour rejoindre l'équipe. Ils m'ont donné l'autorisation et j'ai pu concourir pour la Belgique, une situation très difficile sans véritable équipe. Au début, les Norvégiens m'ont donné un coup de main, mais quand j'ai battu leurs filles, ils ne pouvaient plus le faire, alors j'ai continué seul et les dernières années de ma carrière, je les ai dirigées juste pour être avec mon ex-mari pendant un certain temps(Ole Einar Bjørndalen, ndlr) et parce que le biathlon était ma vie et je ne me sentais pas prêt à le quitter. "
OAsport / google translate

Hors ligne

#1317 29-04-2020 17:19:59

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 440
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

pas de martin fourcade Annecy 2020 : https://www.ski-nordique.net/annulation … 1mlS_f059I
95644717_10219418970079606_8525422216119058432_o.jpg?_nc_cat=108&_nc_sid=ca434c&_nc_ohc=ELL0fcHV4XoAX_ZZhBp&_nc_ht=scontent-frt3-1.xx&oh=055a8d20fa2f9a337cf13587191d5dda&oe=5ECE3261

Dernière modification par ilcanzese (29-04-2020 17:26:06)

Hors ligne

#1318 02-05-2020 11:10:47

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 440
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

https://www.facebook.com/russianbiathlo … 147024719/
biathlon'dog

Dernière modification par ilcanzese (02-05-2020 11:11:17)

Hors ligne

#1319 02-05-2020 16:34:15

ilcanzese
Membre
Lieu : haute patate - 70
Inscription : 16-02-2009
Messages : 8 440
Site Web

Re : ***_news biathlon_***

CANADA
Senior National Team:
Adam Runnalls, 1998, Calgary Biathlon Racers, 75° SP Nove Mesto.
Aidan Millar, 1995, Canmore Nordic, 93° SP Hochfilzen.
Christian Gow, 1993, Rocky Mountain Racers, 20° IN Mondiali Antholz.
Scott Gow, 1990, Rocky Mountain Racers, 16° SP Mondiali Antholz.
Jules Burnotte, 1996, Biathlon Estrie, 28° IN Mondiali Antholz.
Trevor Kiers, 1997, Timmins Biathlon Club, 37° SP (IBU Cup) Ridanna.
Emily Dickson, 1997, Omineca Ski Club, 46° SP Oberhof.
Emma Lunder Rocky, 1991, Mountain Racers, 7° SP Oberhof.
Megan Bankes, 1997, Vorgebirge Nordisch, 33° SP Oestersund.
Nadia Moser, 1997, Biathlon Yukon, 33° IN Mondiali Antholz.
Sarah Beaudry, 1994, Caledonia, 48° SP Annecy.
Coaches: Justin Wadsworth and Pavel Lantsov
Support Staff: Andrew Chisholm.
Senior National Development Team
Cole Bender, 2001, 35° PU (YWCH) Lenzerheide,
Logan Pletz, 2000.
Zachary Connelly, 2001, 42° PU (YWCH) Lenzerheide,
Benita Peiffer, 2000 (cugina di Arnd).
Jenna Sherrington, 2002, 14° SP (YOG) Losanna.
Naomi Walch, 2002, 52° SP (YOG) Losanna.
Pascale Paradis, 2002, 30° SP (YOG) Losanna.
Program Director: Roddy Ward
Support Staff: Etienne Letondeur, Jacqueline Akerman, Jean-Phillipe Leguellec, and Matthias Ahrens
U24 National Development Team
Keiran Marchand, 1999.
Lucas Smith, 2000, 90° SP (IBU Cup) Martello.
Reid Lovstrom, 2000, 86° SP (IBU Cup) Martello.
Ryan Elden, 1999, 79° SP (IBU Cup) Martello.
Tobias Quinn.
Anna Sellers, 1999, 59° IN (JWCH) Lenzerheide,
Darya Sepandj, 1997, 68°, SP (IBU Cup), Obertilliach.
Gillian Gowling, 1999, 80° SP (IBU Cup) Martello.
Karly Coyne, 2000.
Shilo Rousseau, 2000.
Larissa Black, 1999, 75° SP (IBU Cup) Martello.
Zoe Pekos, 1998.
Program Director: Roddy Ward
Support Staff: Etienne Letondeur, Jacqueline Akerman, Jean-Phillipe Leguellec, and Matthias Ahrens

Dernière modification par ilcanzese (02-05-2020 16:34:31)

Hors ligne

#1320 03-05-2020 20:27:55

bertin
Membre
Inscription : 12-12-2011
Messages : 313

Re : ***_news biathlon_***

Hors ligne

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB

Espace privé | Tous droits réservés - © BiathlonFrance 2006-2020